Recherche

Accueil / CDoc / Recensions / La pédagogie Freinet et les pédagogies actives

Le 20 avril dernier, s’est tenu, à la Maison de la Francité à Bruxelles, un colloque organisé par Éducation populaire, le mouvement Freinet belge francophone, intitulé La pédagogie Freinet et les pédagogies actives. Le 19e n° d’Éducation populaire, journal du mouvement, vient d’en publier les actes.

Le but de la journée n’était pas d’opposer les participants mais de confronter et de clarifier ensemble les spécificités des pédagogies dites « actives ».

Après s’être interrogés sur le comment, à travers une présentation de onze activités de classe, les participants se sont penchés sur le pourquoi l’après-midi à travers un débat, suivi de quatre interventions de témoins privilégiés (Marcelle Clarinval, Henry Landroit, Charles Pepinster et Danièle Massoz) et d’une deuxième discussion.

La conclusion de Francis Tilman a posé des questions fort intéressantes et matières à de futurs débats sur les regards que posent ces pédagogies sur l’enfant : « Il ne faut pas escamoter le fait que toute forme d’éducation exprime une vue sur les enfants et même lorsqu’on affirme que l’on part d’eux, c’est encore une prise de position. » Sur l’utilité de confronter les pratiques pour « faire le travail d’aller voir derrière ce qui les motive, ce qu’il y a comme principes qui les sous-entendent » et qui font aussi points de convergence. Enfin, sur la place et la part que peut prendre ce pluralisme pédagogique quant au choix politique, personnel et collectif, de société et de l’École comme outil contribuant à réduire les inégalités.

Une question de fonds concernant le positionnement et le regard des pédagogies actives (notamment le principe du vécu et de l’expérience personnels des élèves comme matière à apprentissage et moteur du désir d’apprendre) dans des milieux dits populaires ou en difficulté mériterait d’être creusée.

C’est ce à quoi la CGE aimerait contribuer au sein de l’Intermouvement pédagogique qui regroupe, en plus d’Éducation populaire, les CEMEA Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation active), le GBEN (Groupe belge d’éducation nouvelle) et De bouche à oreille.

ps:

Fiches disponibles au Centre de documentation Education populaire, 18 rue Joseph II, 1000 Bruxelles.