Recherche

Accueil / CDoc / Recensions / Changer le collège, c’est possible !

Changer le collège, c’est possible !

Une lecture qui s’impose, toutes affaires cessantes ! Et pas seulement aux ministres en charge de l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles. Dans la foulée, inspecteurs, syndicalistes, formateurs/trices de tous poils vont se précipiter, j’en suis sûr.
Pourquoi tant d’enthousiasme ? Une telle pub ? Parce que, sous la plume d’un scientifique qui a multiplié les expérimentations (en Suisse, en France, au Québec), on trouve enfin un projet solide (logistique comprise) de ce que devrait être le « collège » idéal. Extrapolations et adaptations souhaitables aux années antérieures et postérieures.
Parce que ce scientifique, André GIORDAN y détaille tout ce que doit maitriser un professeur pour réussir dans sa tâche : accompagner tous les élèves dans leur maitrise progressive des savoirs indispensables pour vivre en citoyen lucide, dans un monde en permanent changement.
Parce que, non content de souligner que l’organisation et les contenus actuels sont dépassés et empêchent de remplir la mission, il propose et détaille les changements nécessaires (conférences, ateliers, séminaires, travail autonome…). Parce que, dans cette perspective, la formation initiale et continuée des enseignants doit être revue fondamentalement. L’auteur y consacre des pages percutantes et éclairantes.
Morceaux choisis. Sur la question des contenus : «  De quels savoirs le jeune doit-il pouvoir disposer pour aborder un monde complexe, aléatoire, incertain ? Et comment chaque branche peut-elle y contribuer ? … La priorité n’est plus d’enseigner une discipline pour elle-même, mais d’introduire chez l’élève une disponibilité, une ouverture sur les savoirs, une curiosité d’aller vers ce qui n’est pas évident et familier. » Réponses au chapitre Le programme d’études…
Sur la mission, on l’a déjà dit, mais on a plaisir à le citer « texto » : «  Former des personnes citoyennes, autonomes, responsables, entreprenantes… et heureuses ». Et de décortiquer chaque terme. Par exemple, pour « entreprenantes » : « Les collégiens seront toujours “auteurs” de leur propre stratégie, jamais passifs. Ils apprendront à imaginer et faire aboutir des projets. Ils apprendront à gérer les risques et les incertitudes. »
Deux grosses questions quand même. La première touche à une organisation du temps d’une complexité rare. Ça doit pouvoir se gérer. Quoique… Plus sérieux, ça ne peut marcher qu’avec des « super-profs », qui travaillent en équipes sur le site. Passe encore. Quoique ? Qui n’arrêtent pas de se former… et ont des expériences hors écoles, notamment avec des jeunes. Donc un recrutement de très haut niveau ! Donc…

_ A. GIORDAN et J. SALTET, Changer le collège, c’est possible ! Et pour nos enfants, c’est urgent, Playbac éditions et Oh ! éditions, 2010.