Recherche

Accueil / CDoc / Recensions / La re-médiation… et après ?

On sait que la remédiation est un des chevaux de bataille du gouvernement. On sait que la Fondation Roi Baudouin y a consacré une recherche et une intéressante publication [1]. Ce document fait un état des lieux des pratiques, très diverses, et propose des pistes d’action. Que pouvait encore dire Changements pour l’égalité [2] sur un sujet si rebattu ?
• Revenir sur l’énorme travail fourni, mais avec de « nouvelles lunettes ». Dans les écoles fondamentales et secondaires, de nombreux enseignants consacrent beaucoup d’énergie à mettre en œuvre des formules de remédiation. Certains élèves y trouvent incontestablement une nouvelle médiation qui leur facilite l’accès à des savoirs jusque-là « interdits ». Car il faudrait bien sûr que tous les acteurs considèrent qu’il s’agit d’offrir une nouvelle médiation… et pas un remède pour guérir une maladie honteuse !
• Mais il faut bien constater que, dans trop de cas, on persiste simplement à proposer aux élèves « plus de la même chose »… alors qu’ils en ont déjà trop ! Et puis, ce que CGé craint surtout, c’est que tant d’efforts fassent oublier le cœur du problème : les inégalités.
Aussi, c’est le système que Changements pour l’égalité propose de revoir : en mettant enfin en œuvre les principes du décret Missions de l’école. À savoir instaurer un « continuum » pédagogique jusqu’à la fin de la 2e année du secondaire. Principe voté en 1997 et resté lettre morte ! Ça commence donc par l’entrée à l’école maternelle. À ce niveau, CGé fait des propositions très pertinentes pour un accrochage réussi des enfants et des familles des milieux populaires, les plus éloignées de la culture des écoles.
Quand arrive la rupture – et pas la continuité – du passage au 1e degré du secondaire, CGé préconise comme solution la création d’ensembles autonomes, séparés des écoles secondaires. Avec une organisation du travail, des contenus et des équipes « ad hoc ». Ce ne sera pas une mince affaire puisqu’ils vont, à juste titre, jusqu’à proposer de modifier le CEB (certificat de fin de primaire)… et de déplacer le décret Inscriptions ! (« Il faudrait réguler dès l’entrée au fondamental. »)
Enfin, le mouvement sociopédagogique insiste sur l’impérieuse nécessité de créer des outils pédagogiques nouveaux, rigoureux et « soucieux d’expliciter tous les objectifs et de prendre en considération toutes les formes d’apprentissage ».
Une étude qui secoue quelques fausses évidences dans l’air du temps et qui invite à prendre des mesures nouvelles et courageuses.

1 Remédiation scolaire en Communauté française. Quelles pratiques en vue de réduire l’échec scolaire ?, Fondation Roi Baudouin, octobre 2011.

notes:

[1Remédiation scolaire en Communauté française. Quelles pratiques en vue de réduire l’échec scolaire ?, Fondation Roi Baudouin, octobre 2011.