Recherche

Accueil / CDoc / Recensions / Terre, papiers, ciseaux

Des mains brodent des motifs de fleurs, sèment des graines, peignent, dessinent, écrivent. Sur les visages se lisent la concentration, la joie, la fierté. Les ateliers du Gaffi accueillent des femmes d’origine étrangère pour des ateliers créatifs en français. Les animateurs encadrent les groupes. Présence, parole et regard qui accompagnent, encouragent, conseillent. Espaces de liberté, ces ateliers se transforment en moments privilégiés de rencontre et d’échanges.
À l’occasion des activités de broderie, peinture, jardinage, d’écriture et lecture de textes, les langues se délient. On se parle, on se confie, on se dévoile, on raconte le quotidien, on laisse resurgir les histoires du passé, on rit, on dit ses questions, ses peurs, ses rêves… Le plaisir est palpable. Ces femmes qui ont peu l’occasion de prendre du temps pour elles et peu l’occasion de parler français trouvent là, dans ces ateliers d’expression, un lieu d’émancipation, un lieu qui permet de se sentir plus fort parce qu’on est ensemble. « Ça fait du bien. C’est comme un voyage. » dit l’une d’entre elles, « Tu es assise, mais le cerveau part ailleurs. » Ce qu’elles mettent en avant, c’est la chance de pouvoir apprendre. Comme si le fait de se donner le droit et la possibilité d’apprendre leur rendait une fierté leur donnait du pouvoir sur leur vie. « Pour monter un escalier, on monte marche par marche, on doit tout faire doucement, apprendre ça prend du temps. » « J’ai pas été à l’école petite fille, mais j’ai beaucoup appris à l’école de la vie. Ce qui m’a empêché, c’est la pauvreté. » « C’est jamais trop tard pour apprendre. On apprend jusqu’à la fin de sa vie. »
L’émotion les gagne quand elles se livrent ainsi, elles semblent comme étonnées d’avoir tant à dire, elles se questionnent aussi sur la liberté de choisir son mari, l’égalité avec les hommes, l’éducation des enfants… Dans ces ateliers, l’apprentissage de la langue se mêle au plaisir d’être ensemble et de créer. Au fil des séances, s’affine chez ces femmes la prise de conscience de leurs droits et se renforce la capacité de s’exprimer. Les couleurs, l’odeur de la terre, la force de l’écrit et du verbe nous secouent, nous captivent et nous emmènent loin des idées reçues.

Terre, papiers, ciseaux, un film de Christian VAN CUTSEM, produit par le Gaffi et Videp, 52’, 2011.