Recherche

Accueil / CDoc / Recensions / Dé-chiffrer l’humain

Corriger les copies, noter les élèves, trier et classer du meilleur au plus mauvais... traduisent des pratiques attendues de l’évaluation à l’école de la part de tous ceux — enseignants, parents et élèves — qui sont « intoxiqués » par l’habitude de la notation, traversés et conditionnés par les valeurs so- ciétales dominantes basées sur la compétition. S’engager à contrecourant de ces pratiques soi-disant évidentes et partagées, c’est ce que propose ce livre « Évaluer sans noter, éduquer sans exclure ».
« Les recherches en docimologie montrent depuis longtemps que noter est scientifiquement contestable ». Cette phrase extraite de l’introduction dévoile les tensions qui traversent les habitus scolaires : comment une pra- tique, pourtant remise en question depuis de nombreuses décennies, et ce, par la science elle-même qui se préoccupe d’étudier les phénomènes d’éva- luation, peut-elle rester la norme ? Pourquoi note-t-on encore aujourd’hui ? En quoi noter est-il contestable ? Quels en sont les effets destructeurs ? Quelles en sont les alternatives ? Comment réhabiliter au sein de la classe des pratiques d’évaluation formatrices et émancipatrices, fondées sur la coopération et l’égalité des intelligences ? Cet ouvrage collectif coordonné par Michel Neumayer et Étiennette Vellas, militants de l’éducation nou- velle, s’attache à répondre à ces questions en faisant appel à l’expérience de pédagogues et didacticiens du monde francophone, dans le cadre du LIEN (Lien international d’Éducation nouvelle), un réseau de recherche théo- rique et pratique pour une « Éducation nouvelle ». Des récits complémen- taires des auteurs se proposent de dépasser le rôle reproductif de l’école pour lui attribuer celui du lieu de transformations possibles.
À l’approche historique suivent des réflexions critiques sur les pratiques existantes pour offrir de nombreuses et riches pistes de pratiques alterna- tives à celle de la notation. L’analyse proposée ici nous ouvre les yeux sur l’illusion de l’objectivité et sur qui s’attribue le pouvoir de penser. La note est un choix pédagogique et politique, car c’est un élément clé de la ma- chine à exclure d’une société inégalitaire. Changer de modèle est possible, les alternatives décrites ici sont à portée de main.
« Évaluer sans noter — éduquer sans exclure », une production « Le LIEN », coordonnée par M. Neumayer et E. Vellas avec la coopération de C. Char- let, M. Khouadja et P. Lassablière-Hilhorst, Chronique sociale, Lyon, 2015.