C’était il y a quelques années dans une classe de 5 P AAA (Auxiliaire Administratif et d’Accueil), à Seraing. Cela faisait trois mois que je remplaçais le prof de sciences humaines et de géo, malade, dans cette école. C’était mon tout premier job comme prof. Je cherche déjà des excuses…

Dans cette classe de 5 P, on est parti de magazines d’actu et de société. Les neuf élèves avaient à choisir à partir de ces magazines le sujet qu’ils voulaient qu’on explore. Unanimement, le choix des filles (cette classe, ce sont huit filles et un garçon, Jimmy, et Jimmy, il est toujours d’accord avec Anissa de toute façon) s’est porté sur un article qui parle des prophéties de fin du monde… en particulier celle des Mayas pour 2012. Au moment du choix, beaucoup d’excitation : Mélissa et Anissa disent y croire beaucoup, à ces prédictions. Perle et Rubina n’y croient pas du tout. Perle dira aux autres filles qu’elles sont connes d’y croire. Déjà, elles s’emportent quasi toutes dans un débat que je dois calmer.
J’annonce à la classe que je vais amener divers documents parlant du sujet et qu’on les décortiquera pour tenter de comprendre ce qu’il y a derrière ces prédictions… Je me dis que ça s’annonce bien, ce cours. Voilà pour le contexte.
Ce matin donc, 1re heure de la journée, cours de sciences humaines. J’amène donc des extraits de sites Web, j’ai un reportage de France 2, l’un ou l’autre extrait d’article du magazine Sciences & Vie… À cette heure-là, pas beaucoup d’élèves. Ils sont cinq dans la classe : Perle, Anissa, Laetitia, Melissa et Jimmy. Je décide de commencer par le reportage ; mon ordi est installé pour projeter. Je donne une feuille avec quelques consignes, que j’explique. Tout le monde semble endormi. Perle est sur son GSM : je lui demande d’arrêter d’écrire des messages et de ranger le téléphone. Elle met son GSM de côté sans même me regarder. Je lance le reportage. À peine celui-ci commencé, Perle reprend son GSM. Je vais discrètement derrière elle et je lui demande à nouveau de le ranger. Sa mine est sombre, toujours aucun regard ni aucune parole, elle met son GSM de côté…

Débâtons…

Fin du reportage. Je lance une discussion orale. Les élèves sont peu participatifs. En fait, seule Mélissa répond aux questions. Mélissa, elle répond toujours de toute façon. Les autres sont ailleurs : Jimmy et Anissa rigolent d’autre chose, Laetitia n’a pas l’air réveillée, Perle est de nouveau sur son GSM. Je l’interpelle en lui spécifiant que c’est la troisième fois que je lui demande la même chose. Et là, c’est l’explosion ! « Mais j’en ai rien à foutre de votre cours… », hurle-t-elle. Elle balance sa chaise par terre et sort de la classe en courant. Je la poursuis directement dans le couloir, mais elle court vite. L’école n’est pas très grande, je suis rapidement devant le bureau des éducateurs, que je préviens de la sortie de Perle. Ils me disent qu’ils gèrent. Moi, je retourne en classe.

Dans les roues !

Quand j’arrive, Anissa et Jimmy sont sur mon ordi, qui était évidemment resté ouvert : ils sont en train de lire mes mails, projetés sur le grand écran ! Tous les élèves rigolent. Je les renvoie à leur place. Anissa me demande en rigolant : « C’est votre copine, Violaine ? » Je leur demande de se taire, je leur dis que je suis fâché qu’ils aient profité du moment où j’essayais de rattraper Perle pour aller sur mon ordi. Il reste encore 15 minutes avant la sonnerie. Je reprends les questions sur le reportage, mais sans conviction et sans envie. Non seulement Mélissa, mais aussi Jimmy, Anissa et Laetitia participeront activement à la discussion. Je n’y comprends rien… 

*Les rebonds de ce texte - TRACeS 227 - Septembre 2016*
- *Quand Perle se casse*, Sandrine Dochain
Un premier rebond suscité par le travail en EM de cette SCI.
- *Réfléchir comme un miroir brisé*, L. Miguel Lloreda
Un deuxième rebond, car l’histoire des uns fait écho en soi. Le prof : acteur, spectateur, voyeur… ??
- *Tant temps*, Jacques Cornet
Troisième rebond. Le rapport au temps. Quel rapport ? Un apport.