Recherche

Accueil / CDoc / Recensions / 100(0) moments de dessin

Geneviève Casterman n’en est pas à son premier ouvrage invitant à dessiner. Mais dans celui-ci, pas de « recettes ficelées » avec tranches d’âge définies, matériel imposé et étapes à suivre.
C’est qu’elle veut éviter les pièges liés aux activités du type « dessiner à la manière de… ». Car si c’est très rassurant pour les institutrices et animatrices d’ateliers artistiques, que cela donne de jolies images que beaucoup de parents admireront, le risque est de rester dans la forme pure sans explorer le processus de création et de passer à côté des apprentissages liés à une démarche en arts plastiques.
Le parti pris de ce livre-ci est donc de pousser aux expérimentations plutôt que de se focaliser sur les résultats. « Faire avec » plutôt que de « faire comme ». Ne pas perdre la force organique des dessins d’enfants à cause de la force de nos attentes d’adulte de représentations soigneuses de la réalité, de dessins qui ressemblent à quelque chose et qui font lien avec des références connues. Elle veut sortir de l’opposition beau/pas beau. Pour elle, la technique n’a de sens que par rapport au projet. Retourner les choses peut aussi être porteur : faire une fresque à la plume ou travailler un petit format avec un gros feutre, qu’est-ce que cela provoque ?
Avant d’être artiste, illustratrice et animatrice à plein temps, Geneviève était institutrice. De l’imprimerie dans sa classe, reste, comme trace dans ce livre, le côté artisanal. Chaque chiffre et chacune des lettres sont réalisés avec des réglettes pochoirs. Même le code-barre est manuel et il ne passe pas ! Ce n’est pas juste pour la performance, mais ça dit quelque chose du rapport au temps et à la société et de son expérience de la place de l’art dans le monde scolaire.
Concrètement, ce livre est structuré en 10 listes dont les éléments sont combinables de 100 à 1000 façons au gré de vos décisions, liées à l’endroit où vous travaillez, avec qui, à ce que vous avez sous la main et sous les yeux, au temps disponible. La forme du livre a été provoquée par le titre d’un livre d’Umberto Eco, « The Infinity of Lists ».
Allez puiser dans ces propositions : dessiner quoi, avec quoi, où, quand, comment, sur quoi, etc. Oser faire des activités avec ses élèves sans connaitre le résultat à l’avance. Cette manière de travailler invite à collaborer avec d’autres, collègues ou artistes, pour préparer, analyser ce qui s’est passé, réfléchir à comment continuer.
Respectant son parti pris de ne montrer des références qu’après avoir exploré, afin d’éviter la modélisation, après les listes vous trouverez 168 images soigneusement référencées, résultats de créativités exercées qui stimulent le désir de se transformer en charrette à dessins. Et si on essayait au lieu de se bloquer avec des « oui, mais… »

G. Casterman,« 100(0) moments de dessin », Éditions Esperluète, 2014.
Merci à Geneviève de m’avoir raconté son livre.