Recherche

B_autresarts>

Autres articles dans cette rubrique

ChanGements pour l’égalité organise ses Rencontres Pédagogiques d’été du 17 au 22 aout 2018 et propose des ateliers de 3 ou 6 jours pour se former, améliorer ses pratiques en vue de mieux faire apprendre à tous les élèves et tout particulièrement à ceux des milieux populaires, principales victimes de notre système scolaire. Pour CGé, c’est le rôle de l’École de contribuer à réduire les inégalités sociales et de donner à tous des chances égales de réussite.

Contexte d’intervention des formateurs

Depuis plus de 40 ans, ChanGements pour l’égalité, mouvement sociopédagogique (CGé) dénonce les inégalités de notre société et la tendance avérée qu’a l’École à les reproduire. Force est de constater qu’après toutes ces années, peu de choses ont changé sur le plan politique et pédagogique. Pire, les inégalités se sont accrues.

Pour CGé, c’est le rôle de l’École de contribuer à réduire les inégalités sociales et de donner à tous des chances égales de réussite. Pour ce faire, CGé agit à trois niveaux :
-  sur le plan politique en vue de dénoncer les failles d’un système éducatif qui porte en lui les sources d’un certain nombre d’inégalités,
-  au cœur de la classe en proposant des façons d’enseigner qui prennent en compte la diversité des origines sociales des élèves et puissent réduire les risques d’échec et de relégation,
-  dans la relation entre les familles et les acteurs éducatifs de l’École et des associations afin d’établir des partenariats où chacun trouve sa place.

Ces trois niveaux sont le terreau des thématiques d’actions de CGé détaillées dans le rapport d’activités.

Lutter contre les inégalités inhérentes au système éducatif
Pour éviter que le système scolaire ne contribue à la reproduction des inégalités sociales, il est indispensable d’exercer une vigilance permanente à différents niveaux politiques depuis la Fédération Wallonie Bruxelles jusqu’à l’Europe. En particulier, il importe de s’opposer à une marchandisation de l’École et son instrumentalisation par les classes dominantes.
La lutte contre les inégalités sociales, culturelles et de genre reste notre priorité. L’École doit se donner les moyens d’être un vecteur d’émancipation pour les élèves issus des classes sociales fragilisées et doit mettre la priorité sur la défense des intérêts collectifs au détriment des libertés individuelles.

Croiser le rapport au savoir et les pratiques pédagogiques
Apprentissage et réussite ne riment pas nécessairement avec émancipation. Il y a des façons de faire apprendre qui ne sont accessibles qu’à ceux qui sont proches de la culture scolaire et qui relèguent, en toute bonne foi, ceux qui ne connaissent pas les codes de l’École. Il y a des réussites qui ne sont que des reproductions sans passer par de véritables appropriations des savoirs.
Faire réussir les plus fragilisés nécessite un changement de posture de l’enseignant invité à se mettre avec, à côté de et non en face de l’apprenant. De plus, ces changements de points de vue ne peuvent pas s’opérer individuellement, mais nécessitent un travail et des décisions collectives.

Assurer la place de chacun et favoriser les relations entre les différents acteurs éducatifs
Aujourd’hui, les tensions sont souvent vives entre différentes classes d’acteurs dans et autour de l’École. Les modes de relations entre professeurs et élèves doivent se reconstruire. Il faut inventer des façons de collaborer entre familles, acteurs de l’École et des associations. Il s’agit bien, à ces différents niveaux, d’une lutte des places, qui opposent des classes et des sous-classes d’acteurs. Pour CGé, il n’est possible de sortir de ces relations duales qu’en introduisant du tiers, à savoir de la parole et de la loi.

Descriptif

L’équipe organisatrice des Rencontres Pédagogiques d’été souhaite donc proposer un programme d’ateliers et d’activités structuré autour de ces trois thématiques.
L’objectif des ateliers proposés sera de permettre aux participants de réfléchir à leurs pratiques, d’acquérir de nouveaux outils et de devenir acteurs de changement.

Les 47es RPé auront lieu du 17 au 22 aout 2018.

Nous demandons aux formateurs de développer dans leur atelier une ou plusieurs des thématiques d’action de CGé ou de mettre un accent plus particulier sur les pratiques et sur les stratégies de lutte contre les inégalités dans le champ pédagogique.

Points importants pour proposer un atelier

1. Descriptif de l’atelier :

• un titre court, explicite et percutant ;
• un sous-titre court et métaphorique ;
• le nom du (des) formateur(s) ou de la (des) formatrice(s) et sa ou leur fonction(s) ;
• un descriptif d’atelier comprenant les objectifs et les contenus mettant en évidence les liens avec la ou les thématiques d’actions de CGé ; annonçant ce qui pose problème et en quoi l’atelier apporte une ou des réponses.
• les méthodes ;
• les repères théoriques (maximum trois références ) ;
• le matériel demandé aux participants ;
• le public cible ;

Nous vous invitons à préciser toutes ces informations en remplissant correctement le document ci-joint.
Merci de respecter scrupuleusement les indications et de ne pas dépasser 3000 caractères, espaces compris.

2. Expertises recherchées

Nous recherchons des formateurs et des formatrices capables d’animer des ateliers de formation dans une optique autosocioconstructiviste. Ceux-ci viseront à la fois l’enrichissement du « vocabulaire » tant personnel que professionnel, tant technique que corporel ; la confrontation des expériences, analyses et projets ; le développement de nouvelles compétences et à terme, le changement de pratiques professionnelles.

Par ailleurs, la visibilité de problématiques liées à l’École sera décisive dans le choix des ateliers présents aux RPé.

Nous demandons aux formateurs et aux formatrices d’être des animateurs de groupe, sachant utiliser les différences et leur confrontation, en veillant à fixer dans l’atelier les règles de fonctionnement qui favorisent l’autonomie des participants et qui garantissent la place de chacun.

Les Rencontres Pédagogiques d’été, ce sont aussi des moments privilégiés de découvertes et de rencontres entre les participants de différents « milieux » (enseignants de tous les niveaux - de la maternelle à l’enseignement supérieur – et de tous les réseaux, animateurs impliqués dans le monde associatif, formateurs, parents) dans les ateliers, mais aussi dans les activités hors ateliers. Ainsi, nous pensons qu’il est pertinent de prévoir des moments ou des lieux, dans l’organisation de l’atelier, où l’appartenance à tel « milieu » met en évidence une approche différente, des enjeux spécifiques ou encore des relations pédagogiques complémentaires.

3. Curriculum vitae (à envoyer si vous proposez pour la première fois un atelier aux RPé)

4. Modalités pratiques

La personne de contact est Faïka Dahes, permanente de l’équipe RPé (02 218 34 50). Tous les documents doivent nous être retournés à l’adresse mail faika.dahes@changement-egalite.be, avant le lundi 20 novembre 2017.

Après avoir étudié les propositions et rencontré éventuellement les candidats formateurs et formatrices, l’équipe RPé choisira les ateliers. Nous veillons également, dans l’élaboration du programme, à l’équilibre entre différentes approches (disciplinaires, démarches globales, analyses de fond, développement personnel, autour d’une problématique particulière) et les différents publics.
- Si votre projet n’est pas retenu, l’équipe RPé prendra contact avec vous.
- Si votre projet a été retenu, vous serez averti à la mi-janvier et vous serez invité à rectifier si nécessaire le descriptif et à signer une convention de volontariat ou de collaboration précisant les termes de l’accord et le montant du défraiement ou de la rémunération. Le texte définitif de présentation de votre atelier devra alors nous parvenir pour le 14 février 2018 au plus tard (ceci pour répondre entre autres à des impératifs de relecture et d’impression du programme).
- L’engagement comprend l’animation de l’atelier (de 9h à 12h30 et de 14h30 à 18h).
- Tous les formateurs/ animateurs s’engagent également à participer à la réunion d’accueil des formateurs du 16/08 et/ou du 19/08/18.
- Un moment d’échange entre les organisateurs et les formateurs est prévu à la fin de la formation.
- Un entretien sera prévu au préalable avec un membre de l’équipe RPé.

5. Les conditions de la convention

Vous avez le choix entre deux statuts. Celui de volontaire et celui de personne rémunérée.

Le volontaire

En tant que volontaire, la loi définit deux types de défraiement non cumulables.

1) Le défraiement forfaitaire

Un défraiement de 33,36 €/jour de travail est prévu par la loi de volontariat. Dans le cadre des RPé, le défraiement s’élève pour :
- un formateur, à 133,44€/jour (ce qui couvre 3 jours de préparation pour un jour de formation)
- deux formateurs, à 100,08 €/jour (ce qui couvre 2 jours de préparation pour un jour de formation)
- Nous remboursons également les frais de déplacement des formateurs : un aller-retour (Wépion-domicile) pour une formation de 6 ou 3 jours. Le prix de remboursement est de 0,3382 € par kilomètre.

NB : remboursement effectué excepté si vous venez en covoiturage. Dans ce cas, seul le chauffeur sera remboursé. Merci de nous en informer.

2) Le remboursement des frais réels

Vous introduisez vos notes de frais (facture, ticket de caisse) correspondant aux frais réels occasionnés par la préparation et l’organisation de l’atelier (déplacement, livres, téléphone, photocopies, matériel nécessaire, etc.)

La personne rémunérée

Le formateur ou la formatrice décide d’être rémunéré, ce qui implique que CGé en tant qu’asbl déclarera les montants facturés avec l’édition d’une fiche salariale 281.50.
Un formateur recevra 350 €/journée de formation. Pour deux formateurs, le montant par personne est de 290 €/journée de formation.
Nous remboursons également les frais de déplacement des formateurs : un aller-retour (Wépion-domicile) pour une formation de 6 ou 3 jours. Le prix de remboursement est de 0,3382 € par kilomètre.

NB : remboursement effectué excepté si vous venez en covoiturage. Dans ce cas, seul le chauffeur sera remboursé. Merci de nous en informer.

Notez que :
- La pension complète (logement, repas, collations) à la Marlagne vous est offerte.
- Le nombre de participants ne rentre pas en ligne de compte pour le paiement des formateurs.
- Huit participants au minimum devront être inscrits avant le 29 juin pour que l’atelier reste programmé.
- Tous les engagements sont conditionnés à la signature d’une convention de collaboration ou d’une convention de volontariat . Si vous travaillez pour une association, il y a lieu de signer une convention entre votre association et CGé.
- Pour tout renseignement complémentaire à ce sujet, contactez Faïka Dahes au 02 218 34 50 ou faika.dahes@changement-egalite.be

Il est important de nous faire part de votre préférence au niveau des formules proposées (volontaire ou rémunéré) dès le mois de novembre afin de nous permettre d’établir notre budget. Sans indication de votre part, CGé choisira la formule volontaire.
Par ailleurs, merci de nous transmettre le nombre maximum de participants envisagé dans votre atelier (nombre minimum 8).

6. Les dates clés

AIDE-MEMOIRE
Jeudi 20/11/2017
Date de remise de votre proposition :
choix d’une des 3 thématiques de CGé
descriptif d’atelier
statut choisi
nombre de participants
Dans le courant du mois de décembre 2017
Rencontre éventuelle avec l’équipe RPé
Mi-janvier 2018
Choix des ateliers programmés par l’équipe RPé
Mercredi 14/02/2018
Remise du texte définitif à insérer dans le programme
Mars-avril 2018
Signature de la convention de collaboration ou de volontariat
Mi-avril 2018
Envoi du programme et publicité
Lundi 02/07/2018
Programmation définitive des ateliers organisés (en fonction du nombre de participants inscrits)
Jeudi 16/08 ou dimanche 19/08/2018
Réunion d’accueil des formateurs à La Marlagne
du 17 au 22 août 2018 (6 jours)
du 17 au 19 août 2018 (3 jours)
du 20 au 22 août 2018 (3 jours
Ateliers
Dimanche 19/08/2018 ou mercredi 22/08/2018
Moment d’échange à la clôture des ateliers

Pièces jointes