Accueil / Évènements / Évènements 2018 / 25è Salon EDUC

CGé aura un stand 4M30 et donnera 2 conférences lors du 25ème Salon de l’éducation qui se tiendra au Bruxelles Expo du 3 au 7 oct. 2018.

- Le mercredi 3 octobre à 16h, salle Le Labo : « Sommes-nous des marginaux ? ». Le Pacte d’excellence vu d’ailleurs. Par Fred Mawet et Thomas Michiels.

Cette conférence est le fruit d’un séjour de recherche mené en septembre dans plusieurs pays d’Europe. Nous sommes partis à la rencontre d’élèves, enseignants, directeurs d’écoles et chercheurs afin de bénéficier de leurs regards sur les nœuds auxquels nous confronte le Pacte d’excellence – nœuds apparus très vite dans la mise en œuvre du projet qui le freinent et risquent de le bloquer :
— l’accord et la continuité politiques nécessaire à une réforme éducative…
— l’appropriation d’une réforme par les enseignants…
— le tronc commun d’enseignement, ses référentiels, l’accompagnement pédagogique qu’il suppose…
— la privatisation/libéralisation du système scolaire…
— la déségrégation…

En résumant ici les propos de nos interlocuteurs et la manière dont leurs systèmes scolaires ont parfois fait face à des difficultés semblables aux nôtres, nous espérons apporter un éclairage original sur le Pacte d’excellence.

- Le samedi 6 octobre à 13h30, salle Le Labo : Mes élèves ne comprennent pas les consignes. Pourquoi est-ce si difficile ? Par Nicole Wauters.

A l’école, les consignes représentent un mode de communication prioritaire entre enseignants et élèves : à propos des comportements, pour organiser un travail, pour réaliser une tâche de recherche ou d’entrainement,… La consigne est donc un type de discours ou de texte essentiel à comprendre pour l’élève. Et pourtant, de l’avis d’une majorité d’enseignants, elles mettent en difficulté beaucoup trop d’entre eux.
D’où cela vient-il ? L’objectif de cet atelier est d’analyser la complexité des consignes écrites. Ensemble, nous décoderons les particularités lexicales et syntaxiques de consignes quotidiennes, de différentes disciplines. Au-delà du vocabulaire, nous verrons comment les rapports aux savoirs et la représentation qu’ont les élèves des enjeux de l’école jouent sur leur compréhension des consignes. Il nous faudra alors admettre que ça ne va pas de soi, qu’il faut enseigner cette compréhension. C’est une condition incontournable à la lutte contre les inégalités scolaires.

Informations :
Salon Educ 2018