Commandes & Abonnements

Recherche

Accueil / Publications / TRACeS de ChanGements / TRACeS 205 - Classes sociales - Avril & Mai 2012

Aux dernières nouvelles, elles auraient disparu ! Avis de recherche, peine perdue. Bon débarras ! Après tout, on ne va pas s’en plaindre ! C’est pas rigolo les classes sociales. Ça sent la lutte sociale, la misère, la tuberculose, le stupre et l’inculture. La sueur et le mauvais vin. Ça fait même un peu « révolution » comme on disait avant. Y a plus de révolution non plus. On a des « printemps » maintenant.
Ce qui compte vraiment, c’est le destin individuel. Chacun, chacune est unique. C’est quoi cette manie de faire des catégories et de mettre tout le monde dans le même sac pour insister sur les différences, les inégalités, les dominations ? Misérabilisme nostalgique de vieux communistes aigris. N’y a pas que l’argent dans la vie et on est en démocratie, merde ! La souffrance de Pierre-Edouard vaut bien celle de Cindy. On est tous dominés à un moment ou un autre, non ? C’est dur pour tout le monde, point à la ligne.

Articles de cette rubrique

  • Édito

    Aux dernières nouvelles, elles auraient disparu ! Avis de recherche, peine perdue. Bon débarras ! Après tout, on ne va pas s’en plaindre ! C’est pas rigolo les classes sociales. Ça sent la lutte (...)

    Suite...

  • Sommaire 205

    Édito Dossier Classes Sociales Former aux inégalités sociales Comment combler le fossé entre représentation du métier et réalité de la classe ? (Chimène PILSEN) Le savoir à l’Institut I. : un (...)

    Suite...

  • Former aux inégalités sociales

    Former aux inégalités sociales

    Mercredi matin, 8h30. Je démarre en classe une activité autour de l’éveil historique, afin d’amorcer la perception du temps historique et des principaux tournants de l’aventure humaine. Dans la (...)

    Suite...

  • Le savoir à l’Institut I. : un obscur objet de désir ?

    En quoi l’école se constitue-telle (ou non) aux yeux d’élèves comme lieu de savoir ? Quelle peut être son utilité supposée ou réelle ? Comment les élèves perçoivent-ils le travail qui y est proposé ? (...)

    Suite...

  • Des parents en difficultés scolaires

    Que font des parents quand leur enfant ne sait pas ou ne veut pas faire ses devoirs scolaires ? Ces enfants sont en première ou deuxième année d’école primaire. Leurs parents sont belges ou d’une (...)

    Suite...

  • Je suis bien dans mon château

    Paroles de Rhimou ACHEBAR, Mohammed et Ayoub CHAREI recueillies par Natalie RASSON

    Rhimou ACHEBAR et Mohammed CHAREI ont choisi de mettre leur fils Ayoub dans une école de haut niveau. Une histoire particulière préside à ce choix. Rhimou ACHEBAR : Nous voulions avant tout une (...)

    Suite...

  • Au-delà des fausses évidences

    En marge de la carte scolaire officielle, en France, existent de nombreuses pratiques de choix et de changements d’école récemment cautionnés par la mesure récente d’assouplissement de la (...)

    Suite...

  • Du côté de chez nous

    par MARLIERE

    Inscrire ses enfants dans une école en discrimination positive, un choix, une chance, une richesse. En tant qu’enfant, j’avais moi-même fréquenté une école communale néerlandophone d’un quartier (...)

    Suite...

  • Minuit moins quart par une nuit sans lune

    J’étais en 6e humanités latin-grec dans une école près de mon quartier, quand le professeur d’histoire m’a pointée du doigt et a dit : « Tu sais que tu es une exception ? » Je ne vois pas en quoi, elle (...)

    Suite...

  • À armes inégales

    Difficultés d’orientation vers le supérieur : indécision vocationnelle ou incertitude de classe ? Le diplôme du secondaire en poche, plus d’un jeune sur deux entreprennent des études supérieures. (...)

    Suite...

  • Quand l’iris change de couleur et le croissant de religion

    L’islam fait intégralement partie de la réalité ouvrière à Bruxelles. Cette religion a le droit de s’y exprimer, d’y être, comme toute source d’inspiration, un facteur de résistance au capitalisme. Lors (...)

    Suite...

  • De tous les peuples d’Europe,

    les Belges ont l’école la plus inéquitable

    Selon le milieu social où l’on nait, selon les études effectuées par nos parents, selon leur profession et leur revenu, nous n’avons pas les mêmes probabilités de succès scolaire et d’accès au diplôme. (...)

    Suite...

  • Violence des échanges en milieu policé

    L’école n’attache pas, en tout cas pas tout le monde, et quand ça n’adhère plus, ça dérape. Alors on agrippe ou on éjecte, on remédie ou on fait « redoubler », on canalise ou on oriente. On ressert le (...)

    Suite...

  • Être jeune et immigré à Bruxelles

    Paroles de Pascale JAMOULLE recueillies par Therèse DIEZ et L. Miguel LLOREDA

    Pascale JAMOULLE a mené une enquête sur les jeunes Bruxellois et leurs regroupements ethniques. Ce qui l’a le plus frappée, c’est de voir à quel point la classe populaire s’est ethnicisée à Bruxelles. (...)

    Suite...

  • Appropriation de la langue écrite

    Quelles difficultés les élèves issus de l’immigration rencontrent-ils dans l’appropriation de la langue écrite. Apport d’une étude longitudinale menée dans des écoles primaires de la Région de Bruxelles (...)

    Suite...

  • Peut-on -encore- parler de « classes populaires »

    d’après un article d’Olivier Schwartz

    Malgré l’usure des mots et l’évolution du langage, malgré une certaine disparition de la classe ouvrière, malgré la tendance dominante à individualiser la manière de poser les problèmes, à CGé, nous (...)

    Suite...

  • Les métamorphoses de l’École de classe : l’exemple français

    Dans cette contribution, on voudrait défendre l’idée que les systèmes d’enseignement propres aux sociétés capitalistes ne peuvent être compris sans faire le lien entre, d’une part, l’organisation et le (...)

    Suite...

  • Ne pas être Belge : un handicap à l’école ?

    Une part importante de la moindre réussite scolaire des élèves étrangers peut être imputée à leur situation socioéconomique. Mais des statistiques montrent qu’il demeure en sus un effet « ethnique ». Et (...)

    Suite...

  • Que faire ? (Lénine, 1902)

    110 ans qu’on rabâche ? Non quand même pas mais 30 ans, à CGé, oui. On gagatise. Turlututu, la militance est une dure lutte. Allons-y encore un bon coup. Pourquoi les gosses des milieux populaires (...)

    Suite...