Recherche

Commandes & Abonnements

Au siècle dernier, fin des années 60, la mode était aux « recyclages » des profs. Les inspecteurs recyclaient leurs ouailles. Les profs d’université ou d’écoles normales recyclaient leurs anciens étudiants. Par discipline et dans la discipline !

Et puis, voilà qu’en 1971, quelques illuminés osent bousculer ce cérémonial si bien huilé ! Caramba, ils parlent d’éducation permanente, de formation continuée, de droit à la formation… Ils veulent même les organiser en interréseau et tant qu’on y est choisir eux-mêmes les formateurs et les contenus à privilégier ! Une petite révolution qui ne plait pas à tout le monde, on s’en doute.

Un petit tour par Paris et son Université d’été. Au retour quelques cégéistes décident de lancer plus modestement des « rencontres » pédagogiques d’été (RPE). Stages résidentiels pour que « rencontre » donne le ton. Stages « décloisonnés », comme on ne disait pas encore. De la maternelle à l’université, tout le monde était mélangé pendant 3 jours dans un atelier dit « propédeutique ». Curieux qualificatif pour des ateliers d’expression et de créativité d’où on sortait bousculé et décoincé si besoin. Aussi les participant(e)s abordaient-ils « autrement » les ateliers thématiques. Qui dans sa discipline, qui en analyse institutionnelle, qui …. Le « sociopédagogique » était déjà au menu.

Au fil des années et des équipes, le programme a heureusement évolué. Mais les ingrédients essentiels demeurent, me semble-t-il : élaboration collective du programme, préférence aux animateurs « de terrain », équilibre entre le péda et le socio, organisation du temps pour favoriser les rencontres, les échanges de pratiques et de savoirs, un zeste d’analyse politique… Et toujours le pluralisme avec en sus la participation de travailleurs des écoles de devoirs, de l’alphabétisation, des secteurs culturels et de l’éducation permanente.
Bien sûr, les réseaux et les politiques ont, de leur côté, organisé des formations et même décrété sur le sujet. La revendication de formation pendant le temps de travail a été entendue. Non sans peine. Ni sans difficultés pratiques.

Mais cette sauce où s’allient socio et péda, travailleurs de secteurs et d’horizons différents, reste une recette associative assez exceptionnelle. Des rencontres volontaires, militantes et festives à la fois, quelques jours avant la rentrée, ça garde une saveur et ça donne un punch bien particulier. Uniques ?
Bon anniversaire à toutes et à tous …et surtout profitez de cette quarantième édition pour nous rejoindre !

Jacques LIESENBORGHS
Membre fondateur

Redécouvrez le numéro spécial de TRACeS de ChanGements consacrés aux Rencontres pédagogiques d’été