Recherche

Commandes & Abonnements

Qui ne s’est endormi confus un soir et réveillé au matin avec les idées claires ? On peut apprendre en dormant. Il y a des nuits qui portent conseil, des pensées qui germent sans qu’on y pense vraiment, des notions qui évoluent avec le simple déroulement du temps.

Le cerveau est toujours en activité même quand on n’en a pas vraiment conscience.
On a tous prêté l’oreille à un discours passionnant, on a connu des exposés brillants et éclairants, on a compris certaines choses grâce aux indications d’un maitre. On peut apprendre en écoutant. Sans quoi des générations d’élèves soumis à des pédagogies frontales seraient restées ignares.
À toute époque de la vie, on calcule. Entre autres choses... Une pratique toujours plus sophistiquée qui commence par des jeux pour apprendre les tables de multiplication, qui se poursuit avec des pourcentages, des équations, des matrices, des intégrales,... On peut apprendre en s’exerçant. Il est même possible d’introduire des grains de sable dans la mécanique du drill pour ne pas le réduire à la simple reproduction et le rendre intelligent.
Il y a des recettes qui marchent, des modèles qu’on se réapproprie et qui fonctionnent en réponse à de nombreuses questions. On peut apprendre en imitant. Cela fait gagner du temps, on ne peut pas tout reconstruire ou réinventer. Il faut faire confiance. Tant que cela marche...
En grammaire, en physique, en géographie, en sociologie,... On teste des solutions, on observe des lois, on constate certaines régularités, on tire des règles... On peut apprendre en expérimentant. La curiosité est motrice. L’activité se décline en conditions, protocole, résultats, interprétation.
Face à un problème, on essaye et on se trompe, on investigue, et on se plante, on conjecture et on trouve, on emprunte des voies de garage et on perçoit une issue. On peut apprendre en explorant. Au terme d’une recherche, on en sait plus, on a engrangé des acquis cognitifs et méthodologiques.
Seul ou collectivement, certains prennent l’initiative d’appréhender une réalité, ils précisent des objectifs, définissent un champ d’activité, un domaine d’étude. On peut apprendre en développant un projet. Définir les objectifs, mettre de l’ordre, structurer ses savoirs, évaluer son travail, s’organiser,... Que de tâches, d’écueils, de profits !
Poursuivre « dans la ligne de » ou se poser « en réaction à ». On peut dépasser le modèle, penser à côté, remettre en question, discuter, aller au-delà de ses connaissances et de ses pratiques, produire des savoirs, des objets ou des modèles. On peut apprendre en créant.
Au terme de cet énoncé, nous espérons que le lecteur est convaincu de la multiplicité des formes d’activité qui mènent à l’apprentissage.