Recherche

Commandes & Abonnements


Formateur
- Isabelle BERG
Enseignante en secondaire professionnel, membre CGé

Descriptif
Dès l’école maternelle, les enseignants sont confrontés à des enfants, majoritairement issus de milieux populaires, qui n’accrochent pas à l’école et n’arrivent pas à entrer dans les savoirs. Travailler avec ce que sont ces enfants pour les amener à réussir leur scolarité nécessite de changer de posture d’enseignant et de dispositifs pédagogiques. Comment initier ce changement de pratiques sans perdre ses repères ?

La formation comprend deux parties, menées de front, car elles se nourrissent mutuellement : le travail sur le changement de posture et la mise en place de dispositifs pédagogiques différents.
Nous tenterons de comprendre le lien entre « rapport au savoir » et origines socioculturelles, de pratiquer l’« écoute active » des erreurs de nos élèves pour en comprendre la logique, en nous décentrant de notre point de vue personnel. Nous remettrons également en question notre regard sur le « système » de la langue française pour en extraire la logique de fonctionnement, en mettant à l’épreuve nos références grammaticales et nos automatismes d’orthographe.
Parallèlement, nous expérimenterons (et critiquerons) des dispositifs pédagogiques en grammaire, orthographe, lecture et écriture, qui mettent les élèves au travail, les font réfléchir sur les processus épistémologiques nécessaires aux apprentissages et exercer les compétences utiles à la réussite scolaire.

Méthodes
La méthodologie de la formation est dérivée de celle qui est utilisée en classe : lecture de documents, mise en situation problème, travail individuel puis par groupe de pairs, manipulation des données, confrontation des résultats, explicitation des procédures par les participants et élaboration des concepts...

Dans l’optique de réussir à travailler avec tous les élèves, quelles que soient leur origine sociale et leurs ressources, les participants expérimenteront une autre façon d’être avec leur classe, en faisant fonctionner le groupe comme « collectif d’apprentissage ». Ils confronteront leurs différents « rapports au savoir » pour en entrevoir l’importance dans l’accès au savoir. Ils s’entraineront à tenir compte des logiques individuelles à l’œuvre, pour arriver à comprendre ce que signifie la « lecture en positif des erreurs » et par là, appréhender la nécessité de partir de ce que les élèves sont et de ce qu’ils comprennent pour apprendre, sans baisser les exigences.

Des temps de parole seront prévus pour permettre aux participants de s’exprimer sur les difficultés de leurs élèves et sur les solutions qu’ils peuvent envisager pour y remédier. Le concept de remédiation immédiate individuelle, particulièrement valorisé actuellement, sera mis en question au regard du dispositif proposé.

Repères théoriques
J. BERNARDIN, Comment les enfants entrent dans la culture écrite, Éd. Retz, Paris, 1997.
E. CHARMEUX, M. GRANDATY, F. MONIER-ROLAND, Une grammaire d’aujourd’hui, 3 tomes, Sedrap, Toulouse, 2001.
J. DION, M. SERPEREAU, Faire réussir les élèves en français de l’école au collège. Des pratiques en grammaire, conjugaison, orthographe, productions d’écrits, Delagrave, Paris, 2009.

Matériels
Une contribution financière peut être demandée aux participants pour les photocopies.
Prévoir maximum 5,00 €.

Public
Enseignants du fondamental, des écoles de devoirs, du premier degré du secondaire, des 2e et 3e degrés du qualifiant et formateurs d’enseignants.

ps:

- 40es : des temps inter atelierssont prévus chaque jour.