Recherche

Commandes & Abonnements

L’occasion pour la CGE de questionner à nouveau.

La formation est un facteur de changement, la CGE œuvre à un changement pour plus d’égalité et anime depuis de nombreuses années des formations [1] qui vont dans ce sens. Les modifications structurelles importantes de la formation en Communauté française, associées aux besoins internes de clarification de nos objectifs, nous ont poussés à repenser notre politique de formation.
Le collectif [2] de la CGE s’est penché sur le sujet, fin novembre 2002, afin d’analyser les pratiques actuelles de formation et de redéfinir les axes d’intervention, d’en préciser les lieux et de voir comment organiser le travail en son sein.

Des équipes au travail

Quatre axes ont été privilégiés. Le premier axe est sociologique. Au travers de formations d’un jour, nous proposerons des outils de décodage du système scolaire : la situation de quasi-marché, les facteurs d’exclusion, les inégalités, l’interculturel,... Au travers de formations plus longues, nous aborderons la question du rapport au savoir [3].
Le second axe est le socioconstructivisme. Le discours pédagogique dominant a changé, on insiste aujourd’hui sur les compétences et les situations problèmes. Mais les pratiques changent-elles vraiment ? D’autre part, le désir de mettre les élèves en activité à partir de situations motivantes ou provocantes, ne fait-il pas oublier les besoins d’une bonne structuration ? Ce sont ces questions que nous aborderons sous un point de vue disciplinaire ou multidisciplinaire.
Le troisième axe est celui de la démocratie. Au travers d’une formation courte, nous proposerons des outils pour animer les différents conseils qui organisent la vie d’une école. Au travers d’une formation de trois jours, nous aborderons la démocratie à l’école : les représentations, les conseils, les règlements, la violence, les stratégies d’apprentissage,... Des formations de six jours porteront enfin sur la pédagogie institutionnelle.
Le quatrième axe est celui du développement : les rapports nord-sud, le développement durable, les droits de l’homme. Là aussi des formations courtes et plus longues seront poursuivies ou mises sur pied.
La distinction en axes comme ils sont définis ci-dessus nous permet d’organiser le travail, mais il est clair qu’il y a enchevêtrement des problématiques. Pour chacun des axes, nous avons constitué des équipes. Que ce soit pour participer à la construction des formations ou pour les vivre, si vous êtes intéressés, contactez-nous.

notes:

[1Pour plus de détails, voir l’article de Rudy Wattiez, La Formation continuée évolue, dans ce même numéro.

[2Le collectif est l’assemblée générale de la CGE, il se réunit deux fois l’an. Il donne les orientations à suivre et balise le travail du Conseil d’Administration.

[3Le rapport au savoir, c’est un ensemble d’éléments (représentations mentales, attitudes, procédures, comportements,...) qui ont un effet important sur l’apprentissage sans être constitutifs du savoir lui-même.