Recherche

Commandes & Abonnements

Et oui Raoul [1], à Traces, no limit ! : tu as encore entre les mains un pur produit de la marque « weekend CGé ». Après « pédagogies émancipatrices », « transgressions », « imprévus », cette année, aussi culottés que Mounir, nous avons osé travailler, rigoler, écrire sur « limites et butées » [2]. C’est à en perdre sa culotte !

Imaginez un terrain de foot sans lignes blanches, un goal sans piquets ni transversale, une étape de tour de France sans ligne d’arrivée, où serait le plaisir ? Pour Proust, prout alors, Traces élève son niveau : « Rien n’est plus limité que le plaisir et le vice ». Il se trompe Marcel, c’est le contraire, il n’y a pas de plaisir sans limites à dépasser et pas de vice sans butée à sauter...

Un manuel scolaire, un traité et même une encyclopédie ont un début et une fin. La toile est sans limites : impossible d’en faire le tour. L’étude, la connaissance, la recherche n’ont plus de fins. La publicité, le markéting, la consommation et le sport d’élite (mais n’est-ce pas la même chose ?) vantent l’absence de limites à leurs offres et à nos demandes. Le Marché et nos pulsions, non plus, n’ont plus de fins. « Monnaie par le bout du nez » [3], « Prêts à tuer terre et mer » [4], nous finirons par buter sur la bulle et sur la serre qui vont nous péter… au nez !

Les psys en deviennent politiques radicaux : ils nous rappellent que la limite est constitutive de l’éducation et de la civilisation et réciproquement. Limites de Moi et de l’Autre, du corps, de l’espace, du temps, du monde… Le Désir qui fait grandir nait de la limite et l’absence de limites n’existe que dans la Mort sur laquelle on bute tôt ou Pluto.

C’est à l’école qu’il revient de rétablir des limites et des butées, des limites pour ne pas buter et des butées pour ne pas se limiter. Ce jeu des limites et des butées est un art difficile auquel nous devons nous exercer. Nous y avons travaillé pendant un weekend, en voici les traces.

notes:

[1Raoul lit en ce moment son 175e édito, il fallait marquer le coup. À Traces, on encourage aussi la fidélité : salut Raoul !

[2L’idée du thème est née de la lecture d’un article de Raymond BENEVENT.

[3Expressions de Pol PIERART, photorthographe.

[4Expressions de Pol PIERART, photorthographe.