Recherche

Commandes & Abonnements

« C’est pas facile tous les jours d’être élève en maternelle. Parfois, il faut manger des coins. Parfois la maitresse, elle te regarde avec de gros yeux en sachant très bien ce qu’elle attend, mais toi, enfant issu des milieux dévalori- sés, tu ne vois pas bien où elle veut en venir. Alors tu ne bouges plus. Tu te tais. Tu fais bien attention à être sage et du coup tu ne fais plus du tout attention à ce qu’elle continue à dire, madame Fanny.
Il y a des écoles où il faut tout le temps choisir des ate- liers libres, souvent les mêmes, où on peut être actif sur des gros coussins. Et d’autres où on t‘explique que dans ta tête, tu as un cerveau avec deux planisphères. Et ça a l’air d’être drôlement important de faire aller son cerveau. C’est pour ça qu’il n’y a pas de gros coussin dans cette classe-là. Là, on travaille et on répète beaucoup les exer- cices avec du matériel à mettre dans sa tête, si j’ai bien compris. On est un élève qui doit apprendre à apprendre, à comprendre, à faire des transferts, à être créatif et sportif, à se familiariser avec le système alphabétique et numérique... Le temps est compté, il faut vite grandir. Mais ce que je trouve le plus dommage, c’est que ma- dame Jenny qui nous aide et qui aide aussi madame, elle ne sera peut-être plus là l’année prochaine. Elle ne sait jamais d’une année à l’autre qu’elle a dit à maman quand on l’a vue à l’Aldi. Et ce qui m’ennuie aussi, c’est qu’on a mis un grand rideau dans la classe, pour en faire deux. Mais du coup, c’est très petit et maintenant, on entend les tout petits qui sont à côté. Ils pleurent beaucoup... » L’école maternelle revient sur le devant de la scène pu- blique avec la question de l’obligation scolaire. N’est-ce pas hypocrite de mettre cette question à l’ordre du jour ? Puisque tout le monde a l’air maintenant d’accord pour reconnaitre son importance, est-ce qu’il ne serait pas temps de traiter les vraies questions de l’école maternelle et de les traduire en actes ? Il ne suffit pas de la rendre obligatoire pour en faire une priorité.
Et en attendant que ça bouge là-haut, même si, en tant qu’enseignant, on est coincé dans un système qui est loin de nous faciliter les choses, qu’est-ce qui peut être fait maintenant dans les classes pour la réussite de tous, à la lumière de pratiques qui font leur preuve et des études qui existent ?
Dans ce dossier de TRACeS, des articles ancrés dans des pratiques de terrain pour ceux qui sont en recherche et ceux qui en veulent. À lire dans leur longueur, avec épais- seur.

Comité de rédaction