Recherche

Commandes & Abonnements

Accueil / Politique / Prises de position / Prises de position 2012 / Exclusions scolaires définitives : des ruptures évitables ?

Des acteurs associatifs s’inquiètent et tirent la sonnette d’alarme à propos des exclusions définitives et des non réinscriptions en fin d’année scolaire. Celles-ci touchent des jeunes, de plus en plus tôt dans le secondaire, qui sont dès lors souvent entrainés dans la spirale de l’échec scolaire.
Pour enrayer ce phénomène, l’essentiel de l’effort doit porter sur une politique éducative de prévention. Par ailleurs, il semble urgent de mieux cadrer la procédure d’exclusion et de se pencher activement sur les problématiques qui en découlent : relégation, resocialisation, rescolarisation.

C’est l’essentiel du message porté par dix associations bruxelloises [1] qui ont organisé, le 18 octobre, une journée d’étude à destination des acteurs éducatifs, en partenariat avec ChanGements pour l’égalité, afin de réfléchir ensemble à ce problème et élaborer des pistes d’actions.

À tous les niveaux, des moyens de prévention doivent être amplifiés :
- renforcer les lieux de parole et d’accompagnement des différents acteurs de l’école,
- favoriser les partenariats entre les acteurs de l’école et les acteurs externes autour des jeunes en difficulté,
- instaurer des mesures alternatives à l’exclusion : médiation, réparation, …
- considérer l’école comme un lieu d’apprentissage (y compris des comportements), de construction collective et d’émancipation.

Pour ce qui entoure la procédure d’exclusion, il s’agit de :
- concevoir une procédure qui permette de réelles alternatives à l’exclusion,
- mettre en place un organe de recours externe unique afin de garantir le respect du cadre légal,
- assortir toute exclusion d’un projet construit avec le jeune sous la responsabilité de l’école excluante en collaboration avec les services externes,
- respecter les modalités de la procédure et les droits de chacune des parties.

Le phénomène de l’exclusion scolaire n’est pas une fatalité. C’est un des symptômes du dysfonctionnement d’une école inscrite dans une société de plus en plus individualiste et compétitive. Gageons qu’il soit encore possible pour les acteurs éducatifs de faire de l’école un lieu qui vise la réussite pour tous.

Une synthèse des recommandations soutenues par le groupe porteur de la journée du 18 octobre est disponible au format .pdf

Personne de contact : Anne Chevalier - 0485 532 574

notes:

[1AMO AtMOsphères – AMO RYTHME – Antenne Scolaire d’Anderlecht, Service de Prévention – ChanGements pour l’égalité, mouvement sociopédagogique – Médiation scolaire communale de Saint-Gilles – Nota Bene, Asbl Bravvo – Projet Déclic, Service prévention de la commune de Schaerbeek – Service Droit des Jeunes – Service Prévention scolaire de Forest – CASG Solidarité Savoir asbl

Pièces jointes