Recherche

Commandes & Abonnements

Accueil / Publications / TRACeS de ChanGements / Anciens numéros : du n°199 au n°151 / n°159 Formation continuée janvier 2003 / Formation continuée : modes de programmation dans le réseau communal

Échec à l’échec : Sur quelles bases le Centre de formation UVCB [1]du réseau officiel subventionné construit-il ses programmes de formation continuée ?

Claude Denis : Les contenus proposées aux enseignants par notre Centre de formation sont déterminés en fonction des éléments suivants :

  • les souhaits exprimés par les enseignants dans le questionnaire d’évaluation qu’ils complètent à l’issue de chaque module de formation. Environ un tiers des enseignants de notre réseau participe annuellement aux formations. En quelques années, comme ce ne sont pas nécessairement les mêmes qui reviennent chaque fois, nous avons récolté l’avis de la majorité des enseignants ;
  • les demandes spécifiques issues des équipes pédagogiques des écoles ;
  • les demandes introduites par les Pouvoirs Organisateurs, c.à.d les échevins des villes et des communes. Il y a souvent lien entre ces deux dernières sources puisque la demande des écoles doit être validée par le PO ;
  • les choix décidés par les responsables de notre réseau à partir des propositions émises par l’équipe des détachés pédagogiques sur base des observations réalisées sur le terrain. Actuellement trois contenus sont proposés : une action spécifique est menée à propos de la mise en œuvre des nouveaux programmes, une opération cybermédia est entreprise en collaboration avec le Forem afin que le matériel reçu dans les écoles soit utilisé à bon escient et une promotion des formations à l’éveil scientifique est menée en réponse à une carence en la matière constatée en Belgique par une enquête comparative internationale ;
  • les textes légaux réglementant l’organisation de la formation continuée ;
  • les offres de formations proposées par l’ensemble de nos formateurs.

Le Centre de Formation tente donc de réaliser la meilleure adéquation possible entre ces divers éléments pour déterminer ses choix. Il a également organisé une formation de formateurs destinée aux enseignants qui souhaitaient partager avec leurs collègues le fruit de leur recherche. En effet, des enseignants ayant participé, par exemple, à l’élaboration des nouveaux programmes, peuvent être amenés à devenir formateurs de leurs pairs.

ÉAÉ : Quelles sont les demandes les plus fréquentes venant des enseignants ?

CD : Actuellement, nous enregistrons une augmentation de la demande dans les domaines suivants : gestion des conflits, gestion de la violence, continuité des apprentissages, différenciation, nouveaux programmes.

Les demandes dites de confort personnel sont prises en considération quand elles ont des retombées positives au niveau de la classe et des élèves. Comme par exemple, la gestion pratique du stress, l’initiation à la sophropédagogie,...

De toute façon, les grands axes développés cette année scolaire sont les suivants :

  • la formation des directeurs : gérer une école fondamentale, animer une équipe pédagogique. Les directeurs sont nos interlocuteurs privilégiés, ils constituent le lien entre notre équipe pédagogique et les enseignants ;
  • la pédagogie générale : gérer des apprentissages en cycles, différenciation, projet , continuité ;
  • les thèmes disciplinaires : français, mathématique, éveil, développement de la créativité, psychomotricité, éducation à la santé ;
  • l’intégration de l’informatique pédagogique dans la vie de la classe ;
  • le développement de la communication dans une seconde langue ;
  • le développement personnel ;
  • l’animation, la gestion des relations au sein du groupe classe ;
  • la philosophie avec les enfants.

Le Centre de Formation tente de réaliser un équilibre entre ces diverses facettes tout en accordant la priorité aux contenus didactiques.

ÉAÉ : Et comment le Centre de formation du réseau officiel subventionné choisit-il ses formateurs ?

CD : Les candidats complètent un dossier pédagogique et reçoivent le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné auquel ils doivent absolument adhérer. Ce projet peut se résumer en quatre grands principes : citoyenneté responsable, respect des droits de l’enfant, maîtrise des compétences de base, égalité des chances.

Ils reçoivent également les références des textes légaux qui régissent la formation continuée des enseignants et doivent s’y conformer.

Les dossiers sont ensuite examinés par notre équipe pédagogique et une rencontre est généralement programmée afin de bien préciser les contenus.

De plus, il leur est aussi demandé de pratiquer avec les enseignants la pédagogie qu’ils préconisent avec mises en situation semblables à celles de la classe en plus des moments de théorisation.

Nos formations sont évaluées par le Service de pédagogie expérimentale de l’université de Liège qui vérifie ,entre autres, la correspondance entre la formation et le contenu annoncé.

ps:

Propos recueillis auprès de C. Denis, détaché pédagogique au Conseil de l’Enseignement des Communes et des Provinces, le CECP a pour objectif d’aider les communes et les provinces, agissant en qualité de pouvoirs organisateurs, à remplir leur mission d’éducation et d’enseignement.

notes:

[1Union des Villes et Communes belges.