Plus loin que l’instant

Comment faire pour qu’en maternelle le conseil de classe ne se réduise pas à l’ici et maintenant ? J’ai pensé à la pertinence d’un outil qui permettrait aux enfants et adultes de revenir sur la semaine écoulée pour envisager le futur.

Dans notre école, le Conseil d’école auquel
participent deux représentants de
chaque classe reprend des rubriques qui
reviennent chaque semaine : demander,
rappeler, s’excuser, féliciter, remercier
et faire part de ses idées. Les sujets abordés sont notés
dans un rapport nous permettant de prendre une part
active à cette institution hebdomadaire tout en gardant
la mémoire des faits.

Dans notre classe verticale (élèves de 3 à 6 ans regroupés),
à mes yeux, le conseil de classe ne relatait pas
suffisamment la mémoire du temps, les enfants s’exprimant
naturellement à propos du moment immédiat.

Rapport à l’écrit, rapport au temps

Il m’a semblé intéressant de calquer notre conseil de
classe sur les mêmes rubriques que celles du Conseil
d’école et de développer un outil passant par l’écrit
pour reprendre les interventions de chacun en dépassant
le stade de l’immédiat au profit d’une approche qui
s’inscrit dans la durée.

L’outil en question repose sur des fiches à placer
dans différentes urnes tout au long de la semaine (demander,
rappeler, etc.). Lors du conseil, le dépouillement
des urnes permet aux enfants de prendre du recul
par rapport aux évènements, d’en vérifier l’actualité,
d’entrevoir des perspectives de solutions.

Des fiches, des gestes et des urnes

Des photos de gestes de la langue des signes aident
les enfants à trouver le type de fiche à choisir : les extrémités
des doigts joints pour une demande, le majeur
croisé sur l’index déposé sur le front pour un rappel, la
main droite qui tourne à plat sur la main gauche pour
une excuse, les mains qui applaudissent doucement
pour les félicitations, les mains qui partent de la bouche
pour un remerciement, l’auriculaire qui part du front
pour une idée…

Ces gestes font partie du quotidien de la classe et
c’est naturellement que les enfants trouvent aisément
la sorte de fiche à compléter pour préparer leur intervention.

Préparatifs et rituels

Une fois le type de fiche choisi, l’enfant (ou l’adulte)
écrit ou colle le prénom du destinataire auquel il
s’adresse. Le contenu du message est dicté à l’adulte,
puis illustré par un dessin en rapport avec le texte.

Enfin, le message doit être signé.
Pour les plus grands, c’est l’occasion d’écrire ; pour
les plus jeunes, des étiquettes à coller pour noter le nom
du destinataire et signer de leur prénom sont disponibles.

Le message terminé, l’enfant va le déposer dans
l’urne dont l’objet (demande, excuse, idée, …) est illustré
par la même photo que celle figurant sur le message
qu’il a rédigé.
Au moment du conseil de classe, le mardi suivant,
des rituels sont mis en place.

Le gardien et son assistant prennent leur place à
proximité des urnes et annoncent que le Conseil commence.

Vient ensuite le moment d’allumer les trois bougies
: une pour les petits, une pour les moyens et une
pour les grands.

Le gardien rappelle, un à un, les signes illustrant
les points à aborder et dépouille chaque boite, l’une
après l’autre. Il ou elle appelle un à un les enfants qui
ont déposé des messages pour en faire la lecture et les
transmettre à leurs destinataires : chacun intervient à
son tour. Mais aussi, chacun écoute et répond s’il est interpelé
ou si des solutions peuvent émaner du groupe.

Avec une règle essentielle : ce qui se dit là est secret…

Le Conseil prend fin lorsque toutes les boites ont
été dépouillées. Les messages de demandes, rappels,
excuses, félicitations et remerciements individuels sont
distribués à leurs destinataires qui peuvent les garder,
les ramener à la maison ou les jeter… (On n’a pas toujours
envie de garder un rappel dont on se passerait
volontiers !)

Les suites

Les messages adressés à plus d’un enfant sont gardés dans la farde du Conseil de classe. Les idées sont
affichées sur la fenêtre du salon et retirées au fur et à
mesure qu’elles sont exploitées. Il arrive que les idées
soient votées.

À la fin du Conseil de classe, le
gardien tire au sort les prénoms
d’un petit, d’un moyen et d’un
grand. Ensemble, ils éteignent les
trois bougies ; le Conseil de classe
est alors terminé.

Ce Conseil, mené de cette façon, permet :
• de garder la mémoire de ce qui s’est passé durant la
semaine précédente pour des enfants qui sont naturellement
dans l’instant présent ;
• de développer une approche participative où celui
qui en éprouve le besoin peut se mettre en position
de rédacteur de son message en le signant et en
l’adressant à un destinataire ;
• par la dictée à l’adulte, de faire part d’un contenu
cohérent qui relève de la réflexion et place chaque
intervenant dans une position de sécurité : il n’y a
pas de place pour l’improvisation ou l’impulsivité.

Questions

Ce Conseil n’est pas sans susciter des questionnements
ou de la vigilance. Comment réagir lorsque :
• des enfants, chaque semaine, rédigent plusieurs
fiches alors que d’autres y renoncent ? Ces fiches sont
l’occasion d’écrire, de s’exprimer, certains l’ont compris
et y prennent du plaisir, mais d’autres semblent
les utiliser plus timidement. Moins de choses à dire,
choix de faire autre chose pendant ce temps ? ;
• je constate que les félicitations, les remerciements
ou les demandes visent un enfant de manière récurrente.

Face à ces points, je suis attentive et en recherche
d’autres pistes…