Recherche

Commandes & Abonnements

J’aime l’entre-deux, la limite, la frontière... J’aime être avec, tout en étant dehors, participer mais observer.

J’aime être à la ville et à la campagne, me cultiver et jardiner, m’élever mais garder le contact avec la terre. Je refuse d’être d’un seul milieu et de n’appartenir qu’à celui-ci... et pourtant, il m’a marquée et je l’apprécie. J’aime donner une image de quelqu’un qui est ouvert mais, selon le milieu dans lequel je me trouve, je domine et maitrise ou je reste en attente et m’adapte. Je peux m’amuser longtemps de l’observation des différents milieux que je fréquente, mais aussi en souffrir ou en être irritée. Je peux prendre une place qui, à terme, me nuit et éprouver alors beaucoup de difficultés à m’en sortir. Mais je me lasse d’être ou de rester à ma place. J’ai besoin d’être surprise par l’imprévu. Quoi d’imprévu pour qui a tout prévu ?

En classe, comment laisser la place tout en la gardant ? Je trouve que je n’arrête pas d’apprendre à écouter la parole de mes élèves. J’ai appris à dire, à expliquer ; je n’ai pas appris à écouter, à entendre. « Madame, ce qui est difficile, c’est que vos questions à l’examen sont différentes de celles des interros » Qu’est-ce qu’Hanissa veut me dire ? Quelle place vais-je donner à sa question ? Comment vais-je profiter de sa question pour interroger les démarches mentales qu’elle met en œuvre pour comprendre une matière puis pour l’étudier ? C’est pour moi la clé de mon travail : permettre le questionnement qui permet d’apprendre. À ce moment-là, tenir ma place, n’est-ce pas justement en laisser, de la place, pour que les questions se posent, et ne pas occuper toute la place avec mon matériel et mes connaissances.

C’est facile de prendre les élèves au dépourvu avec une matière que j’ai préparée et de leur montrer l’étendue de mon savoir ! Mais quand vais-je entendre ce qu’ils en comprennent, à quelles références ils peuvent accrocher ce que je leur amène ? Sous le prétexte de suivre mon programme, je peux passer complètement à côté de mon métier. Il n’est pire sourd qui ne veut pas entendre !