Recherche

Commandes & Abonnements

Travailler la structure d’un référentiel avec des élèves dans la perspective qu’ils l’utilisent avec plus d’efficacité, d’autonomie et de plaisir.

Les enfants qui arrivent chez moi, dans la première année du cycle 4, connaissent le Bescherelle et l’utilisent ponctuellement pour vérifier l’une ou l’autre forme verbale lors de la production d’un écrit ou pour réaliser un exercice d’entrainement. Cependant, cette utilisation est un peu « anarchique » car très peu d’enfants connaissent la structure du document et les modalités d’utilisation qui en découlent.

Les activités décrites ci-dessous constituent un énorme gain de temps dans l’apprentissage de la conjugaison. Progressivement, les enfants se mettent « dans la tête » les éléments récurrents qui constituent l’ossature du Bescherelle. Ils prennent conscience que, à condition de mémoriser un nombre relativement réduit de ces éléments clés, on peut rapidement retrouver l’orthographe de n’importe quelle forme verbale.

Cette activité d’appropriation de la structure du Bescherelle est d’autant mieux vécue qu’elle fait suite à une phase significative de « contagion », au cours de laquelle chacun a pu être confronté à la complexité de la conjugaison et à la multitude (apparemment désorganisée) des formes verbales.

Elle revêt d’autant plus de sens aux yeux des enfants qu’elle leur est annoncée comme « l’occasion de démêler un noeud » qui souvent leur pose réellement problème.

1re séquence

Annonce de l’objectif : « Nous allons travailler sur la structure, la présentation... du Bescherelle de manière à ce que vous l’utilisiez plus efficacement. Soyez attentif à vous mettre dans la tête les images de ce que vous allez découvrir car, au terme des activités, je vous demanderai de reproduire de mémoire ce que vous aurez retenu. »

• 1re activité (30 minutes)

Dispositif pédagogique : travail individuel, puis confrontation par groupe de deux.

Matériel :

- les pages 35 (mourir), 43 (savoir), 67 (faire) et 83 (lire) du Bescherelle en photocopies A3 ;
- une feuille A4 comportant 18 cadres (A à R) « découpés » dans les 4 pages du Bescherelle mentionnées ci-dessus ainsi que la consigne de l’activité (Voir ci-contre) ;
- un crayon, un feutre vert et un feutre rouge.

Consignes :

- redessine les cadres de A à R, au bon endroit sur les pages extraites du Bescherelle... d’abord au crayon !
- si le cadre est unique, repasse-le en vert ;
- s’il peut être tracé à plusieurs endroits, repasse tous les cadres en rouge.

Après les précisions d’usage, les enfants se mettent individuellement au travail à partir des consignes et des documents fournis.

En fin d’activité, une mise en commun par groupe de deux permet de confronter les découvertes et de comprendre le pourquoi de certaines erreurs ou omissions.

• 2e activité (15 minutes).

Dispositif pédagogique : travail individuel, puis confrontation par groupe de deux.
Matériel :
- une page du Bescherelle photocopiée au format A3 de laquelle on aura préalablement retiré tous les temps ;
- une feuille sur laquelle sont écrits les temps manquants ;
- des ciseaux et de la colle ;
- un Bescherelle.

Consigne : découpe chaque temps et recolle-le au bon endroit en vérifiant dans le Bescherelle.

Mise en commun : combien de fois retrouve-t-on les mots ou groupe de mots suivants sur une page du Bescherelle ?
- présent ?
- passé ?
- futur simple ?
- futur antérieur ?
- passé composé ?
- imparfait ?
- plus-que-parfait ?
- passé simple ?
- passé antérieur ?

• 3e activité (10 minutes).

Dispositif pédagogique : travail individuel, puis confrontation par groupe de deux.

Matériel :
- une page du Bescherelle photocopiée au format A3 de laquelle on aura préalablement retiré tous les modes ;
- une feuille sur laquelle sont écrits les modes manquants ;
- des ciseaux et de la colle ;
- un Bescherelle.

Consigne : découpe chaque mode et recolle-le au bon endroit en vérifiant dans le Bescherelle.

2e séquence (1 heure)

Dispositif pédagogique : travail individuel, puis confrontation par groupe de deux.

Matériel :
- une feuille A3 vierge à tenir verticalement sur la table ;
- sa trousse et sa latte ;
- un Bescherelle.

Consignes :
- ouvre le Bescherelle à une page de ton choix et place-le à côté de celui que ton voisin de table aura ouvert. Vous aurez ainsi devant vous 4 pages de Bescherelle ;
- seul(e), reproduis sur ta feuille A3 ce qui est commun aux 4 pages, c’est-à-dire ce que l’on retrouve sur les 4 pages (45 minutes) ;
- lorsque ton voisin de table a terminé, vérifiez ensemble votre travail et corrigez les erreurs ou les manques éventuels (5 minutes).

Mise en commun (10 minutes) : en fin d’activité, chaque groupe choisit une des deux feuilles qu’il souhaite voir afficher au tableau.

Les différentes productions sont observées, comparées, analysées. Chacun y va de ses objections, des ses remarques et de ses argumentations !

Quelques jours après ces deux séquences, les enfants seront invités à reproduire de mémoire ce qu’ils ont retenu des éléments constituant une page de Bescherelle.

Réflexions, analyse, questionnement

Nous l’avons déjà dit, plusieurs enfants de la classe avaient déjà été amenés à utiliser le Bescherelle auparavant. Et pourtant tous semblaient en découvrir l’organisation : l’utilisation « fonctionnelle » de cet outil, même répétée, n’aboutit pas de facto à s’en approprier la structure.

Les activités d’apprentissage centrées sur celle-ci sont donc essentielles ! Alors que la conjugaison est souvent perçue comme rebutante, plusieurs enfants ont manifesté un plaisir évident au cours des différents moments de l’activité. Sans doute, ce sentiment était-il lié au fait de dégager progressivement des régularités dans un monde - celui des formes verbales - qui leur paraissait totalement hétéroclite.

Beaucoup d’enfants ont eu le sentiment de s’être approprié un outil intéressant. Suite à l’activité, plusieurs d’entre eux ont demandé à emporter à la maison un des exemplaires de la classe, afin de s’en servir pour terminer un travail personnel.
L’activité nous a permis de constater quelques faits surprenants : par exemple, saviez-vous que le verbe traire n’a pas de subjonctif imparfait ?