Recherche

Commandes & Abonnements

Construire, conceptualiser, théoriser autour du concept rigueur : un travail collectif.

Le tableau édité sur cette page est le résultat d’un travail collectif. Le samedi, nous avons écrit des récits de pratique et plus largement, de vie, dans lesquels il nous semblait exercer, remarquer, recevoir, endurer… de la rigueur. Nourris de ces récits, d’un recueil de textes reçus avant le weekend, d’un travail autour des synonymes, d’un autre travail impulsé à partir des expressions liées à ces pratiques et idées de rigueur, nous avons travaillé le dimanche, dans un atelier appelé Constructions, conceptualisations, théorisations.

Un tableau vide, comme outil à apprivoiser et à s’approprier pour y organiser le suc de nos productions et pour y clarifier nos positions.
Dans notre groupe, nous avons d’emblée donné, au mot « rigueur », un souffle positif. Une rigueur négative était, dès lors, considérée comme une rigidité et n’avait pas sa place dans notre tableau. Ceci dans le but de se concentrer sur les rigueurs qui ont une force éducative, celles sur lesquelles on peut s’appuyer dans notre pratique professionnelle ou dans notre quotidien, celles qui font grandir.
Première classification, en deux branches, basée sur la nature de la rigueur, sur ce qu’elle met en jeu : rigueur juridique ou politico-philosophique.
Ces rigueurs sont traversées par des tensions, comme deux pôles dynamiques, toujours présents. Il ne s’agit pas de choisir, mais de faire avec les deux. Elles sont reprises dans le cadre et traversent le tableau.
Nous avons dégagé quatre intentions sous-jacentes à la rigueur à laquelle on tient : on se veut rigoureux pour garantir, pour faire collectif, pour faire apprendre ou pour créer ou pour le tout en même temps, bien souvent.
Dans la troisième colonne, on trouve les réactions de ceux qui vivent la rigueur. Comment la reçoivent-ils ? Selon leur comportement face à elle, on parlera de refus, de soumission, d’adaptation, de fuite, de transgression, d’appropriation, de contournement. Peut-être que d’autres exemples, que vous auriez en tête, nécessiteraient encore une autre catégorie à créer dans la case avec les points de suspension !

Nous devons nous poser la question de l’intention de la réaction de ceux qui vivent ces rigueurs, afin de pouvoir réagir avec plus de justesse. La linéarité du tableau n’implique pas que telle réaction est liée à telle intention de la réaction. On peut, bien entendu, s’approprier une rigueur pour se garantir, par exemple.
Notre intention en faisant ce tableau est de donner une grille d’analyse qui peut permettre d’y confronter ses pratiques, pour augmenter sa palette de rigueurs et de réactions, ou de mieux comprendre celles (de rigueurs ou de réactions) des autres.

Pièces jointes