Recherche

Commandes & Abonnements

Pour approcher le temps historique nécessaire à la compréhension du monde d’aujourd’hui. Découvrir et comprendre les monuments de ma ville, de ma région.

Bruxelles, traces à sauvegarder

Concepts visés : mouvement, évolution, passé, patrimoine.
Vers quelles connaissances historiques ? Chronologie, société, classe sociale, riches et pauvres, monument, source, document.

Enjeux pédagogiques

Il s’agit de jeter un œil attentif sur son environnement afin d’y déceler des traces d’un passé, d’une évolution. Nous ne venons pas de rien, nous nous inscrivons dans le prolongement de toute une histoire, une aventure humaine qui a produit des richesses.
Derrière ces monuments, on peut retrouver les hommes organisés en société qui ont conçu, produit, utilisé ces créations qui ont résisté au temps. Peu à peu la perception du temps s’allonge jusqu’au(x) temps historique(s). Peu à peu s’affirme la prise de conscience que la vie c’est le changement.

Déroulement de la démarche

Temps Étapes Missions Activités
1 h Étape 1 Première sortie. Premiers repérages du récent et de l’ancien. « Au cours de notre promenade, repérez les bâtiments qui vous semblent neufs, anciens, très anciens. Dites pourquoi. » Observation. Catégorisation.
1 h De retour en classe, exploitation de la sortie. En groupe classe. « Classons les bâtiments que nous avons vus en trois groupes : récents, anciens et très anciens. N’oublions pas de dire pourquoi. » Classement. Argumentation.
1h Étape 2 Seconde sortie avec observation méthodique de : 4, 5, 6 (maximum) bâtiments ou monuments. À chaque halte : « Observez et dessinez le monument que nous avons devant nous. Vous pouvez poser toutes les questions qui vous viennent en tête. » Observation. Questionnement.
Exploitation de la sortie en petits groupes. 4 tâches successives
30 mn 1. Dessin individuel de mémoire du monument choisi et des personnages qu’on imagine l’ayant côtoyé. « Rappelez-vous le monument observé lors de la sortie. Dessinez-le ainsi que les personnages qui l’ont connu. » Dessin.
20 mn 2. Choix des documents authentiques liés au bâtiment sur lequel travaille le groupe (bâtiments plus personnages). « Pour chaque petit groupe responsable d’un monument, cherchez sur la table les documents qui concernent votre bâtiment et son utilisation. Il faudra justifier votre choix. » Recherche documentaire.
15 mn 3. Choix de reconstitutions imagées du site et de ceux qui l’ont fréquenté. « Les historiens ont essayé de reconstituer la vie autrefois. Choisissez le dessin (reconstitution) qui concerne votre groupe. » Argumentation.
15 mn 4. Rédaction d’un texte (individuel ? collectif ?) présentant le vestige et les personnages qui y évoluent. « Rédigez un petit texte de présentation » Expression écrite.
30 mn Classement des monuments et des documents qui leur sont liés en allant des plus anciens aux plus récents. Justification de la place de chacun. « Affichons nos monuments sur ce mur en allant des plus anciens aux plus proches de nous. Justifiez la place de votre monument. » Recherche. Retour sur l’activité.
15 mn Affichage sur un mur. Analyse finale « Que peut-on dire sur chaque monument et les gens qui l’ont fréquenté ? » « Que peut-on dire de notre classement ? Est-ce qu’il a un sens ? » Conceptualisation.
1 h Étape 3 Vérification des acquis par le jeu. Constitution de familles de 6 cartes. Chaque famille doit comprendre : une photo de l’état actuel du bâtiment, sa reconstitution à l’état initial, des personnages, des objets qui y sont liés. « Constituez des familles de cartes associant un bâtiment, des personnages et des objets qui lui sont liés. » Classement.
30 mn Classement des familles selon un ordre chronologique. Vérification en comparant avec l’esquisse de la frise chronologique sur le mur. « Classons nos familles en allant des plus anciennes aux plus récentes. » « Expliquons l’ordre que nous avons choisi. » Classement sur un axe du temps. Argumentation.

Indications sur l’animation

Étape 1

La première sortie constitue une première approche très libre. La plupart des enfants connaissent les lieux. Cependant on leur demande d’être plus attentif. On peut enregistrer sur magnétophone le nom des édifices évoqués et les raisons qui conduisent à dire qu’ils sont récents, anciens, très anciens... De même il est souhaitable qu’ils soient photographiés par un des accompagnateurs.
L’exploitation sera attentive au classement des arguments mis en avant pour dire que telle construction est récente ou ancienne. Il s’agira d’autant de repères réinvestissables pour la compréhension de son environnement : matériaux, styles, fonctions actuelles ou anciennes (ex. : fermes restaurées en habitations). Attention, certaines apparences peuvent être trompeuses : restaurations qui donnent une impression de neuf, style (au gout douteux) néo-gothique, néo-classique...
On peut pousser la réflexion en évoquant l’évolution des techniques, des choix dans les matériaux, les modes...

Étape 2

Cette seconde sortie doit être préparée avec minutie. Il sera difficile d’aller au-delà de 5 à 6 sites. Par exemple pour l’expérimentation de cette démarche à Besançon, nous avions choisi : un tronçon du rempart médiéval, une partie des fortifications de l’époque moderne (à la Vauban), un hôtel particulier qui servit de Quartier Général à De Lattre de Tassigny lors de l’été 1944, un arc de triomphe romain servant de porte à la Vésontio gallo-romaine, un hôtel particulier de la fin du XVIIe siècle, la cathédrale.
Tous les élèves seront confrontés aux différents sites, mais pour éviter toute lassitude ils seront répartis en 5 ou 6 groupes. Un groupe étant responsable d’un édifice et aura à réaliser un dessin et à poser des questions (enregistrées sur bande magnétique).
Lors de l’exploitation de cette seconde sortie, les enfants vont retravailler sur le bâtiment dont ils étaient chargés dans le cadre de leur petit groupe.

Première tâche : second dessin (individuel) qui peut s’effectuer à l’aide du premier (voire d’une photo ?). La nouveauté ici sera d’imaginer et de dessiner des personnages qui ont pu le fréquenter peu après sa construction. Bonne situation de mise en forme de ses représentations, riche d’informations pour le professeur.

Seconde tâche : choix parmi tous les documents disposés sur une grande table de ceux qui peuvent être rapprochés du site du groupe (6 par site). Par exemple pour l’arc de Triomphe romain : une statue de citoyen romain en toge. Un buste de romaine à la coiffure recherchée, une stèle funéraire présentant sur un bas-relief un artisan gallo-romain, un char, une grue romaine, un court texte évoquant la fonction du vestige...
On peut privilégier les documents locaux ou régionaux sans s’y enfermer. Ne doivent figurer sur cette table que des documents authentiques, pas de reconstitutions.
Chaque petit groupe aura à présenter à la classe son monument et les documents qui y sont liés.

Troisième tâche : choisir sur la table la reconstitution qui convient à son monument (ici la reconstitution d’une ville (gallo)-romaine). Ces reconstitutions peuvent être trouvées dans maintes encyclopédies pour enfants.
Autrefois on partait d’un de ces tableaux « Rossignol » qui servait de support au cours (démarche déductive). Aujourd’hui l’enfant est invité à formaliser ses représentations par un dessin ou un petit texte, puis ces dernières sont confrontées à des documents contemporains de la période concernée et seulement à la fin à des reconstitutions (dessins, maquettes, courts extraits de films...), œuvres d’archéologues. La démarche est ici inductive.

Quatrième tâche : construction d’un premier texte de synthèse (individuel ? collectif ?) afin de mettre en relation monuments et personnages et de dégager la fonction du vestige. Travail en synchronie.
L’activité de classement sur un axe du temps constitue une première approche de la chronologie et une sensibilisation à l’existence d’un passé lointain. La démarche est ici diachronique.
Les justifications demandées aux enfants permettent d’évoquer les indices sur lesquels on a pu s’appuyer.
Des évolutions sont perceptibles à travers matériaux, techniques, vêtements...

Étape 3

Photo du monument, image de sa reconstitution, personnages, objet(s) contemporain(s) constituent une famille (6 documents par famille qui peuvent être présentés dans le format d’une carte de tarot). Les élèves individuellement sont invités à reconstituer des familles puis à les positionner sur un axe du temps. Pas de chronologie précise si ce n’est les grandes périodes : période romaine, moyen-âge, temps des grands rois... C’est la succession dans le temps qui ici est surtout travaillée.

Témoignages

Il n’est pas indispensable de vivre dans une ville historique pour proposer cette activité. Les traces du passé sont toujours présentes, il suffit de les repérer.
Ainsi dans un village banal de Franche-Comté, une expertise méthodique nous a permis d’identifier : de nombreuses fermes restaurées en habitations, l’ancienne gare de 1854 transformée en mairie, l’église en grande partie romane, un château des champs du XVIIe siècle avec son côté cour, son côté jardin, un ancien abreuvoir avec une pompe à eau et un ancien lavoir, enfin le monument aux morts et une plaque rappelant la libération du village en septembre 1944. Au total, un vrai trésor.
Attention il ne s’agit pas de s’enfermer dans ces vestiges locaux mais de les utiliser comme un tremplin pour la conceptualisation.