Fermeture annuelle du 13 au 28 juillet : les commandes seront assurées jusqu'au 12 juillet et dès notre retour. Bonnes vacances !

Comment ne pas habiter sa classe

Une école technique et professionnelle de la région liégeoise

167005.jpg Des bâtiments épars, les nouvelles constructions n’ont pu se faire d’un seul tenant. Perdue dans un dédale de couloirs étroits qui perdent leur papier peint en laissant à nu quelques fils électriques, d’annexe mal conservée en sous-annexe toujours occupée, je débouche enfin vers le local désigné. Il est 14h40. La stagiaire regroupe nerveusement les 14 garçons de 3TQR[1]3e technique de qualification, option restauration. qui ont débarqué bruyamment.

Le local est sombre, un long boyau où se tassent des bancs sur deux rangées, presque contre le mur derrière, quasi contre le tableau devant. Une fois installés, plus moyen de bouger. L’acoustique est à tomber, migraine garantie au bout de quelques heures. Je suis calée près de la porte ; j’écoute et je regarde. Pas un seul papier aux murs, pas la moindre décoration ni information, pas un seul objet déposé (mais où ?). Partout des couleurs ternes, sales, trop peu de lumière. Ce local sans âme, sinistre jusqu’à la caricature n’est pas une classe, sans doute ; tout au plus un lieu de passage. Quoique.

Les élèves ricanent, entrent difficilement dans le travail. Christine, imperturbable, travaille avec certains sur les conditions de travail déplorables au XIXe siècle et les mouvements que cela génère. Coincée au tableau et dans sa préparation, elle ne voit pas l’ironie de la situation, l’incroyable vécu quotidien qu’elle pourrait exploiter.

15h30. La sonnerie. Dans un boucan de fin du monde, chacun se lève, retourne sa chaise sur sa table, enfile son parka, se rue vers la sortie. Une journée, une classe comme les autres.

Notes de bas de page

Notes de bas de page
1 3e technique de qualification, option restauration.