Désordre (Le)

Le bon désordre…

Le désordre, ce n’est pas quand les enfants piaillent et gesticulent, quand ils “ font ce qu’ils veulent ”, jouent au lieu de travailler ou cassent les fauteuils. Ils peuvent indéfiniment redire et changer leur enfance, transgresser la loi qui ferait d’eux des hommes entiers. Ce désordre là est “ plutôt sympathique ”, cette éducation nouvelle-là n’est pas “ mauvaise ”, elle sera même, et de plus en plus, vivement recommandée. Quoi de plus charmant qu’une masse d’imbéciles heureux ? Quoi de plus commode à manipuler ?

…et l’autre

Le désordre, c’est quand les enfants ou les inférieurs (ouvriers, instituteurs, femmes, etc…) parviennent à faire ce qu’ils ont, ensemble, décidé de faire ; quand ils prennent la parole, organisent, partagent pouvoir et responsabilité, font la loi chez eux (parce qu’ils respectent la loi humaine) : quand ils prétendent exister. Le danger est là. La peur aussi. Dogues, limiers, corniauds, les chiens de garde de tout poil vont donner de la voix. Le timoré qui dort en toi va reconnaître la Voix de son Maître : “ SUR TOUT CE QUI BOUGE : Feu ! ”.

Documents joints