Les ceintures de comportement dans ma classe

J’y travaille depuis cinq ans. Je pense qu’elles ont trouvé leur forme définitive maintenant pour le niveau du cours moyen et ma manière de travailler avec des enfants de neuf à douze ans.

Je les ai élaborées à partir de celles de Fernand Oury et de Catherine Pochet et l’an dernier je les ai re-moulinées avec Claudine M. avec qui je partageais la classe.

Elles codifient un comportement social dans la classe par rapport à :

  • les interdictions formelles (à l’extérieur de la classe, pour la vie dans l’école);
  • l’attitude pendant et vis-à-vis du Conseil;
  • le règlement général du groupe scolaire (sécurité des personnes);
  • le travail et l’attitude individuelle de chaque enfant par rapport la loi fondatrice de la classe : «Ici, en classe, chacun travaille»;
  • la prise de Responsabilités dans la classe;
  • l’aptitude à un travail coopératif, en équipe, avec
    les autres;
  • le respect des règles de vie commune élaborées par la classe au cours du Conseil;
  • l’aide mutuelle (coopération, solidarité, fraternité) : les plus grands aident les plus petits.

Elles donnent des droits (autonomie, liberté de mouvement, prise de Responsabilités importantes demandant des compétences sociales précises…) et des devoirs (aide aux autres, prise de Responsabilité…)

Fonctionnement

En début d’année, quand la classe tourne au plan strictement scolaire, j’en distribue la photocopie aux enfants et je leur demande d’y réfléchir une semaine, ils sont ensuite appelés à demander une couleur par rapport à ce qu’ils estiment être leur niveau de comportement depuis le début de l’année.

C’est la classe toute entière au cours d’un Conseil spécial ceintures qui fixe la couleur de départ de chacun. Je ne me prive pas au cours de ce moment d’exercer mon droit de véto afin d’éviter les règlements de compte interindividuels, les connivences ou les complaisances toujours possibles en ce début d’année.

Jamais, en cinq ans, un seul enfant n’a refusé de revendiquer une ceinture.

Si le cas se présentait, je ne sais pas ce que je ferais. Cela dépendrait de l’enfant et de ce que je penserais avoir saisi de sa problématique. J’y réfléchirais. Je peux comprendre qu’un enfant n’ait pas le désir de grandir, mais mon travail est de l’y inviter et de l’y inciter. Comme le Conseil, les ceintures de comportement étant une institution phare, composante intégrante de la classe et de son fonctionnement je pense que je lui attribuerais la ceinture la moins élevée.

Chacun reste un mois dans une couleur avant de pouvoir revendiquer la suivante.

Les Conseils spécial ceintures, de 15 minutes, ont lieu tous les 15 jours à la place d’un Quoi-d’neuf?. Je préside systématiquement ce moment-là. C’est un moment très important, davantage encore que le Conseil hebdomadaire, très attendu et très solennel.

Je l’ouvre en demandant qui revendique la couleur supérieure. J’inscris les noms au tableau et la ceinture réclamée. Au début de l’année, il y a foule. À la fin de l’année, ce n’est plus du tout un jeu et c’est même un moment important et un peu difficile pour celui qui monte au créneau pour demander l’approbation de ses pairs en termes de changement (en mieux) de comportement. Je suis alors extrêmement vigilante quant à la préservation des personnes. Je veille férocement au respect de l’interdit de se moquer et je fais en sorte que ce qui se dit là soit très bien entendu.

Car, l’enfant qui revendique une ceinture plus élevée s’entend dire, par ses pairs, ce qui va et ce qui ne va pas dans son comportement social par rapport à la grille qu’ils ont tous alors sous les yeux : grande importance de celle-ci, je l’ai compris et mis cinq ans pour la mettre (à peu près) au point, ce qui n’est pas trop.

J’ai donc comme au Conseil un droit de véto. Ce que je dis au début de l’année dans ces moments-là a une très grande portée pour les enfants. Je fais donc très attention à ce que je dis. Je me place sous haute surveillance. Puis ma parole perd peu à peu son aspect magique, indiscutable.

Ensuite, ça devient un moment extraordinaire. Je n’ai jamais constaté de règlement de compte à ce moment-là. Les enfants font preuve d’un esprit de justice, d’une approche critique lucide des comportements sociaux et d’une sagesse vraiment étonnante. Ce qu’ils disent alors fait souvent mouche et c’est opérant.

Je suis satisfaite de ne pas avoir intégré ce moment de Passage des ceintures de comportement au Conseil hebdomadaire qui reste longtemps plus houleux. Au départ, j’avais pris cette décision d’un Conseil spécial ceintures pour des raisons de gestion du temps.

Je trouve ce moment très difficile à conduire. Je suis toujours un peu émue. Je les entends littéralement grandir. Ça joue une bien jolie musique un gosse qui grandit même si pour certains d’entre eux, c’est parfois un peu douloureux.

Le dernier Conseil spécial ceintures de ma classe, l’an dernier, a eu lieu le 26 juin. Ils savaient tous depuis longtemps qu’ils partaient au collège à la rentrée. J’ai été étonnée de l’importance qu’ils donnaient à cet ultime moment (c’était le dernier jour d’école avant les vacances d’été) qui n’aurait pas d’incidence sur leur vie dans cette classe-là puisqu’ils allaient la quitter et savaient fort bien que les ceintures de comportement dans d’autres classes et, d’autant plus au collège, il n’y en aurait sans doute pas.

Je ne saurais pas parler du bonheur de ceux qui ont obtenu la ceinture qu’ils demandaient ce jour-là.

Frédéric

Et je me souviens surtout de Frédéric.

Le garçon est ceinture orange, depuis deux ans dans cette classe de CM2 qui a passé le CM1 puis le CM2 ensemble. Deux ans de classe institutrice, coopérative et joyeuse. Frédéric a déjà demandé la ceinture verte, mais se l’est vue refusée, car il ne remplit pas l’item Parle et propose au Conseil.

Petit garçon très discret, apprécié de tous, ne provoquant en deux ans pas un seul incident, depuis l’année dernière il est un responsable du temps efficace, présent, attentif, mais n’intervient jamais au cours du Conseil qu’il suit pourtant avec l’attention soutenue que sa responsabilité demande.

Aujourd’hui a lieu le dernier conseil ceintures de l’année. L’an prochain, la classe sera au collège.

Frédéric demande la ceinture verte. Les critères sont lus. Quand Parle et propose au Conseil s’énonce, silence dans la classe. Un enfant demande la parole : «Oui, mais il remplit tellement bien sa responsabilité du temps…»

Je dis le rituel «Qui s’oppose à ce que Frédéric passe la ceinture verte?». Aucune main ne se lève. Toute la classe me regarde — va-t-elle exercer un véto? Je dis «Frédéric est donc ceinture verte». Applaudissements, hourras. Sourire du garçon reconnu par ses pairs…