Phase d’exploration (La)

Ou comment éviter la fuite dans l’action !

Très (trop) souvent les groupes qui doivent ou veulent se donner un projet d’action commune se hâtent d’avancer des propositions et de décider en disposant finalement de peu d’informations dans le domaine d’action choisi et de peu de propositions entre lesquelles choisir. Trop souvent, ils estiment avoir perdu beaucoup de temps à se mettre d’accord sur ce qui les réunit et dès lors, ils ne s’autorisent pas à en «perdre» davantage avant de décider et de foncer. Ils ne s’organisent pas ou mal pour explorer les pistes d’actions possibles.
Et pourtant le thème à traiter ou le domaine d’action sont souvent suffisamment clairs dès le début: pauvreté, fête d’école ou de quartier, démocratie à l’école, journal, aide au Tiers-monde, voyage scolaire, … Il ne reste qu’à s’organiser pour faire le travail d’exploration préliminaire! Et pour s’organiser, il est nécessaire de décider de: – ce qui doit être fait par tous et par tous ensemble; – ce qui doit être fait par tous aussi mais chacun séparément; – ce qui doit être fait par chacun séparément (partage du travail); – des délais de ce travail d’exploration et de la date et de la manière de mettre en commun le travail réalisé.
Et ce qui devrait être fait ensemble, c’est par exemple la liste des sous-domaines à explorer et des tâches à réaliser, en construisant ensemble une grande affiche à double entrée indiquant ce qui doit être fait, qui le fait, pour quand, … etc. Ce travail peut avoir été préparé par un informateur qui aura consulté bibliographies et/ou spécialistes pour déterminer les pistes de recherches. Le groupe peut s’en charger aussi, mais alors l’exploration se fait en plusieurs temps avec des réunions intermédiaires pour faire le point.
Ce qui doit être fait ensemble, c’est aussi de déterminer les différentes sources d’informations à consulter. Il y en a toujours de trois ordres: – les lectures à faire (articles, revues spécialisées, brochures, livres, …), – les experts à rencontrer (personnes s’étant déjà intéressées au problème, professionnels, spécialistes ayant étudié la question sous un angle particulier, …) – les témoins à rencontrer (personnes vivant ou ayant vécu le problème, personnes directement impliquées dans le domaine). Et dans l’exploration, il faudrait que les trois sources soient si possible également réparties et que chaque membre du groupe ait au moins une chose à faire que les autres ne font pas. Le groupe peut aussi décider que chacun effectue une fiche-résumé ou une affiche-résumé pour aider à la mise en commun à la fin de l’exploration.
Et c’est seulement quand le groupe estime qu’il a suffisamment d’informations, qu’il décide que sa phase d’exploration est terminée qu’il peut alors organiser un brainstorming pour réunir le plus de propositions d’actions possibles avant de décider du but de son projet. D’après “Dynamique des Groupes”

Documents joints