Relations École / société

La pédagogie n’étant jamais neutre, je sais que ma pratique sera ce qu’elle est en fonction de choix : préparer les jeunes à occuper leur place dans la société ou les préparer à la transformer en transformant déjà le plus petit et le plus proche. Leur faire assimiler l’idéologie dominante ou les rendre critiques et autonomes vis-à-vis d’elle. Ce choix se fait tous les jours ; parfois, à propos de détails. […] Mon choix d’une éducation libératrice des classes dominées s’inscrit, bien sûr, dans une histoire collective : ce choix ne peut émerger que parce que je développe avec d’autres, et pas seulement des enseignants, l’analyse critique des projets d’éducation et des enjeux de société qu’ils contiennent. Le tout en restant à la fois consciente de ma position sociale et le plus proche possible des actions et des points de vue des dominés. Et je dois mener un travail de libération avec des jeunes qui sont dominés au moins quatre fois : comme enfants d’ouvriers, comme enfants d’immigrés, comme élèves, comme élèves du professionnel (lorsqu’on connait la hiérarchisation des sections) et pour une partie, comme filles. (Noëlle De Smet)

Évènements

Prochainement

Archives des évènements

Article de TRACeS

Afficher tout

Contributions

Afficher tout