Métier d'enseignant

On connait la légende de saint Martin qui partage son manteau avec un mendiant sur la route d’Amiens ! Jacques Lacan interroge à deux reprises la valeur de cet apologue dans un séminaire consacré à l’éthique de la psychanalyse [2].
Le geste de saint Martin paraît, à première vue, le comble même de la charité, de la générosité et de l’amour du prochain.
Est-ce si sûr ? N’est-ce pas conclure trop vite à l’idéal de la formule ?
Donner n’est jamais sans effet pour le donateur comme pour celui qui reçoit. Donner distribue des places ! Celui qui donne affirme son pouvoir, son rang, sa supériorité. Il est celui qui possède. Celui qui reçoit, du fait même de recevoir, reflète la puissance de celui qui donne.
Le couple de celui qui donne et de celui qui reçoit vaut la peine d’être déplié. D’un côté, celui qui a. De l’autre, celui qui n’a pas. Celui qui a, donne son manteau. Notons qu’il garde néanmoins son rang. Au bout de l’histoire, cet officier qui a donné la moitié de son manteau au mendiant devient, à la suite de sa conversion, un saint. (Benoît de Halleux)

Évènements

Prochainement

Archives des évènements

Afficher tout

Article de TRACeS

Afficher tout