Métiers de l'enseignement

« Dans mon école primaire, ça n’allait vraiment pas, me confie Nisrine. On était vingt-quatre en classe et je n’arrivais pas à suivre. L’institutrice se montrait méchante envers moi, elle me critiquait, elle s’énervait quand je ne comprenais pas, même les autres enfants se moquaient. Ça a été une période que je ne voudrais plus jamais revivre, même d’en parler ça me rappelle de trop mauvais souvenirs. »
Je sens sa voix chargée d’émotion, les larmes aux yeux, elle raconte comment cette école d’enseignement spécialisé a été une délivrance pour elle. À la maison, son papa est sourd et communique en langue des signes, sa maman lui parle arabe. Ses professeurs s’étonnent de sa pauvreté lexicale alors qu’elle parle trois langues ! Ce qui lui manque, ce sont les mots de l’école et de la langue des apprentissages, mais elle est d’une finesse pour ce qui concerne le relationnel et la réflexion sur ce qu’on fait qu’elle est un véritable atout pour faire avancer le travail de tous. (Thérèse Diez)

Évènements

Archives