Pédagogies actives

TRACeS de ChanGements - 245 - Mars & Avril 2020

À qui et à quoi se réfère-t-on quand on parle de pédagogie active ? En vrac : à Montessori, à Freinet, à Oury, à Decroly, à Steiner, à la pédagogie du projet, aux situations problèmes ou à la tâche complexe, ou encore au socioconstructivisme…
Chacune de ces méthodes s’inscrit souvent dans la réponse à des besoins rencontrés sur le terrain, rappelons que Montessori et Decroly étaient avant tout des médecins. Les concepteurs de ces méthodes se positionnent également face à des valeurs. Pour Freinet qui sortait de la Première Guerre mondiale, insister sur la classe coopérative n’était pas neutre. Fernand Oury, instituteur en banlieue parisienne, se déclarait inadapté à l’école-caserne. Tandis que les uns insistent sur l’épanouissement personnel de l’enfant, d’autres appuient sur la coopération et l’émancipation.
Alors, comment reconnaitre un projet éducatif construit par des enseignants (trans)formés à/par des dispositifs d’apprentissage et soucieux d’émancipation ? Ce n’est pas écrit sur leur front ! On s’est surtout demandé comment faire pour qu’en faisant, tous apprennent, et pas seulement ceux qui, de connivence avec le prof par leur milieu socioéconomique, ont décelé l’apprentissage caché derrière l’action.
Achat 5€ pièce – 15€ abonnement – Papier et PDF