Rôles, fonctions, statuts et frustration

En sociologie interactionniste, on considère que les rôles sont toujours en interaction, se répondent mutuellement et qu’ils ne sont finalement que des stratégies mutuellement ajustées pour négocier avec l’Autre le statut de chacun. L’enjeu du jeu de rôles serait pour chacun la valorisation de son statut aux yeux des autres et donc au risque de la dévalorisation des statuts des autres. Et ici à travers ce jeu d’écriture, j’essaierais donc de valoriser mon statut à vos yeux par ce qui m’a le mieux réussi jusqu’à présent, à savoir les références théoriques. Et en dénonçant mon propre jeu, je valorise à nouveau mon statut par un nouveau jeu subtil d’intégrité.
Et en P.I., comment faire pour que le jeu/rôle que je joue en tant que responsable, à l’école en tant que prof, ne soit pas une stratégie de valorisation statutaire, tout en, et là est la difficulté, tout en démontrant la légitimité de l’expérience. Ainsi, cette dernière année scolaire, dans un groupe d’étudiants en école maternelle, le groupe a tenu à me démontrer que, placé dans une situation de devoir s’auto-organiser pour produire, il était parfaitement capable, beaucoup plus que ces profs qui n’arrivent jamais à s’organiser, de produire rapidement et efficacement un truc bien ficelé. À aucun moment ou presque, je n’ai pu placer des “apprentissages” parce qu’aucune légitimité ne m’était reconnue dans ce domaine. Leur jeu de rôle a dévalorisé mon statut, produisant chez moi une frustration qui ne pouvait qu’augmenter ma maladresse, car mes réactions étaient de l’ordre de la revalorisation statutaire au nom de la légitimité de l’expérience, bien nécessaire à l’apprentissage par ailleurs. Tout cela est un peu confus, mais il me semble qu’il y a là quelque chose entre la « valeur » du statut de formateur, la légitimité de l’expérience, le plaisir narcissique d’apprendre. Mais tout ça ne sont-ce pas que des mots, pour qui ? , pour quoi ? Parce que j’ai un devoir à faire et un rôle à tenir ?

Documents joints