Fermeture annuelle du 13 au 28 juillet : les commandes seront assurées jusqu'au 12 juillet et dès notre retour. Bonnes vacances !
CGé recommande • Rencontres pour faire apprendre • 15/02/2025

Lutter contre les inégalités d’apprentissage : la table de compétences, un dispositif prometteur ?

Conférence organisée dans le cadre des Rencontres pour faire apprendre

Débat introduit par Sabine Kahn, Camille Bultot, Sandrine Bisschot, Elodie Vanheuverzwyn et Valentine Pacco.
Sabine Kahn a été enseignante, formatrice d’enseignante et professeure à l’ULB. Ses travaux sont plus particulièrement focalisés sur les inégalités scolaires et les pratiques d’enseignement. 
Camille Bultot, Sandrine Bisschot, Elodie Vanheuverzwyn et Valentine Pacco sont enseignantes en écoles primaires, diplômées d’un Master en Sciences de l’éducation en 2023. Chacune d’elles a fait une recherche autour de la Table de compétences et en a fait l’objet d’un mémoire de Master inédit.

Qu’est-ce qu’une « table de compétences » ?

Il s’agit de faire travailler un groupe de quatre à cinq élèves autour d’une situation complexe et inédite en présence de l’enseignant·e. Le reste de la classe (10, 12 à 20, 25 élèves) travaille de façon autonome (plan de travail, contrat de travail, etc.). Autour de la table de compétences, les élèves ne sont ni en groupe de niveau, ni en groupe de besoin, ni en remédiation. Iels ont en commun la nécessité de tenter de venir à bout de la complexité inédite sous le regard de l’enseignant·e qui est en recherche, tout comme eux, car iel tente de saisir les interprétations qu’ont les élèves de la tâche, mais aussi, en creux l’interprétation scolairement attendue.

Pourquoi des tables de compétences ?

Parce que, pour quasiment tous les élèves, la confrontation à une tâche scolaire inédite et complexe est une épreuve. Or l’école est le lieu de cet apprentissage qui doit être proposé à tous les élèves. La table de compétences contraint à sortir de l’interprétation ordinaire de la difficulté scolaire comme liée à la nature de l’élève au bénéfice d’une interprétation comme liée aux spécificités de la culture scolaire.

 

Cette rencontre donnera l’occasion d’échanger avec des professionnelles qui ont travaillé avec la table de compétences et ont écrit autour de leurs expériences.


L’inscription aux rencontres n’est pas nécessaire, sauf pour les groupes de plus de dix personnes (afin de réserver, si nécessaire, un auditoire aux dimensions adaptées). Prière, dans ce cas de le faire au moins deux semaines avant la date de l’activité concernée.

Renseignements complémentaires : Michel Staszewski (michel.staszewski@ulb.be)