Réaliser un album collectif

Chaque rentrée marque la mise en route d’une nouvelle classe et l’envie, pour moi, de démarrer un projet coopératif qui soit l’affaire de tous, au sein duquel chacun trouvera une place. 

La réalisation d’un album sur le thème des vacances implique chacun ; ce n’est pas un projet ambitieux, couteux en temps et en énergie et il inscrit chaque élève dans le groupe. 

Pour commencer, je propose l’écriture d’un texte sur les vacances avec une contrainte particulière : un adjectif, le plus, une destination, un complément du nom (histoires de vacances), cette année un mot clé de ses vacances à partir duquel chacun réalise un acrostiche. 

1er temps : propositions façon brainstorming

Chacun choisit un moment de ses vacances et propose un titre qui réponde à la contrainte que j’ai décidée :

un nom + complément du nom : vacances en famille, les marches du phare, les boutiques de Belgique… 

un adjectif : époustouflant, triste, merveilleux…

un mot clé : plage, Venise, montagne…

Au fur et à mesure des propositions, je sens émerger l’humour, le style, les idées. Ce moment est important et fédérateur, les mots se répondent, font écho, chacun ose, propose.   

Toutes les idées sont notées sur une affiche dans la classe ou au tableau. Il est important de veiller à ce que chacun ait un mot ou groupe de mots de départ différent des autres et le groupe collabore pour aider les plus timides. Parler de ses vacances est déjà parler de soi dans un groupe au sein duquel il n’est pas évident pour tous de faire confiance d’emblée. 

2e temps : écriture individuelle

Chaque élève écrit un texte de longueur variable, mais chacun écrit. J’aide parfois à démarrer. Je corrige l’orthographe, quelques tournures maladroites et demande de recopier le texte dans le cahier d’écrivain.

3e temps : au conseil

J’ai mis à l’ordre du jour du conseil « Album de la classe ». 

Je propose que de tous ces textes, on en fasse un album. La discussion s’engage, des décisions sont prises :

– les textes seront tapés à l’ordinateur

– les illustrations seront sous la forme d’une carte postale, d’un timbre, d’une valise…

– l’album aura un format A4, A5, paysage, portrait…

4e temps : saisie des textes

J’organise le travail par groupes. Un groupe va en salle informatique (pas d’ordinateurs en fond de classe et la salle informatique est au même étage, mais à deux classes de la mienne) saisir son texte. Je veille à ce qu’une grande ceinture (quand j’ai d’anciens élèves) ou un élève que j’estime digne de confiance soit présent au sein de chaque groupe pour pouvoir aider, me signaler un comportement inapproprié, car ils sont en totale autonomie. Les élèves s’entraident pour les difficultés de clavier ou de mise en forme. 

Les autres sont en classe sur des plans de travail en autonomie. Cette organisation me permet de circuler, réguler. Je reconduis ce système plusieurs jours de suite jusqu’à ce que chacun ait pu saisir son texte. Je m’occupe de la mise en page, car cet album doit voir le jour relativement vite (deux ou trois semaines après la rentrée) pour garder du sens par rapport à la période des vacances d’été et jouer son rôle de fédérateur du groupe. 

J’imprime tout. 

5e temps : les illustrations 

Elles sont réalisées en parallèle, soit intégrées au travail autonome, soit en séance d’arts visuels. La forme, les matériaux ont été décidés collectivement en conseil. 

6e temps : relecture

Tous les textes sont imprimés. Je dis avoir remarqué des répétitions, des idées peu claires, des maladresses. Je propose un travail de relecture en équipe. 

Je veille à constituer des équipes équilibrées : élèves en difficulté, anciens élèves qui ont l’habitude du travail en équipe, compatibilités des personnalités. 

Je distribue les rôles : un chef d’équipe responsable du travail et des personnes (grande ceinture), un gardien du murmure, un rapporteur, un simple participant pour cette fois (ou un quatrième rôle de secrétaire).

Il s’agit de relire les textes des membres de l’équipe et de proposer des aménagements, des réécritures si besoin. 

À l’issue de la séance, un bilan collectif a lieu. Les rapporteurs font état de l’avancée du travail, ce qui est fini, ce qui reste à faire. Une deuxième séance plus courte est programmée pour terminer. Ceux qui ont fini avancent le travail autonome. 

7e temps : conseil 

Que fait-on pour la couverture ? 

Décisions : un titre voté à la majorité, une illustration. Deux responsables sont nommés pour la couverture. 

Je m’occupe de la reliure. Je présente l’album à la classe. Tout le monde est fier. Chacun cherche son texte et son illustration et lit les textes des autres. 

Le sort de l’album est décidé en conseil : 

aller dans les familles à tour de rôle (s’il y a une seule opposition, l’album reste en classe)

être exposé au musée puis rejoindre la bibliothèque où chacun peut l’emprunter pour le regarder quand il a un moment

Tous les albums de classe sont dans la bibliothèque de la classe et les élèves prennent plaisir à lire les anciens albums, trouver des textes de frères et sœurs, admirer les illustrations…